TUNISIE
09/05/2019 17h:47 CET

La HAICA enjoint Nessma, Zitouna Tv et la radio "El Coran el Karim" à arrêter de diffuser

La HAICA rappelle à l'ordre certaines chaines...

Facebook/HAICA

La Haute Autorité Indépendante de la Communication Audiovisuelle (HAICA) a appelé, jeudi, dans un communiqué, les chaines de télévision Nessma et Zitouna ainsi que la chaine radiophonique “El Coran el Karim” d’arrêter de diffuser leurs programmes.

“Le paysage audiovisuel comprend aujourd’hui de nombreux indicateurs qui laissent présager qu’il ne sera pas à l’abri des luttes politiques dans notre pays, notamment dans un contexte électoral caractérisé par les tensions et les règles floues du jeu démocratique, comme en témoignent les répercussions de la décision prise par la HAICA d’arrêter la diffusion de la chaîne Nessma” souligne la Haute Autorité.

 

Nessma Tv diffuse illégalement selon la HAICA

Selon la HAICA, Nessma Tv qui a repris sa diffusion, l’a fait en dehors de tout cadre légal et sans autorisation. Pour l’organe de contrôle, les documents présentés par le représentant légal de la chaine “ne sont pas conformes aux lois en vigueur”.

Pire encore, note la HAICA, “l’annonce par le propriétaire de la chaîne, Nabil Karoui, de son intention de se présenter aux prochaines élections confirme la pertinence des décisions et déclarations de l’instance après qu’il ait officiellement transformé sa chaîne en un appareil de propagande politique pour son propre compte, exploitant des groupes marginalisés et appauvris comme fonds de commerce, ce qui est contraire à la loi et aux principes de la dignité humaine et constitue une menace pour le processus démocratique, cela touchant à l’intégrité de la compétition électorale et l’égalité des chances entre les différents candidats”.

D’autres chaines sont dans le viseur

Selon l’organe de contrôle audiovisuel, Nessma n’est pas la seule chaine à ne pas respecter la loi. C’est aussi le cas de la chaine Zitouna Tv, “soutenue par Ennahdha”, et de la chaine radiophonique “El Coran el Karim”, “dont le propriétaire Said Jaziri est le secrétaire général du parti Errahma”.

La HAICA dénonce “le danger” que représentent ces chaines qui “s’éloignent du rôle principal d’un média à savoir éclairer l’opinion publique et laisser à l’électeur sa volonté de choisir” et demande à ce qu’ils cessent d’émettre “sous peine de prendre les mesures légales nécessaires”.

Par ailleurs, celle-ci a appelé à l’instauration d’une loi régissant le paysage audiovisuel et a prié la présidence du gouvernement d’accélérer l’affiliation de la radio Zitouna au secteur public et de ne pas faire “de calculs politiques” et de trouver une solution à la radio Shems Fm afin de préserver les droits de ses travailleurs.

Enfin, la HAICA a appelé à l’adoption d’une loi régissant les sondages appelant les médias à faire preuve “de prudence” en les relayant.

“La Haute Autorité Indépendante pour la Communication Audiovisuelle affirme, à l’intention de l’opinion publique tunisienne, qu’elle ne se pliera pas aux pressions exercées par certains partis politiques et organisations et qu’elle poursuivra ses travaux conformément à la loi, et appelle les organisations de la société civile et les partis démocrates à dénoncer ces lobbies et ces pressions” exercés à son encontre.

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.