MAROC
02/10/2019 15h:30 CET

La Guinée ouvre une enquête après la découverte d'un corps dans la trappe d'un avion de la RAM

L'avion reliait Conakry à Casablanca.

Getty Creative

IMMIGRATION - Suite à la découverte du corps d’un migrant subsaharien dans une trappe d’un avion de la Royal Air Maroc reliant Conakry en Guinée à Casablanca, le gouvernement guinéen a réagi.

Dans un communiqué publié mardi par le ministère des transports, ce dernier affirme qu’au terme d’une réunion de crise à l’aéroport International de Conakry-Gbessia, à laquelle ont participé les différents acteurs de l’aviation civile, une commission d’enquête technique d’incident a été composée.

Elle comprend des cadres de l’aviation civile guinéenne, de la Société de gestion et d’exploitation de l’aéroport de Conakry (SOGEAC), de la gendarmerie du transport aérien, du représentant résident et du chef d’escale de la compagnie Royal Air Maroc en Guinée. Trois experts guinéens ont aussi été dépêchés au Maroc “pour se joindre à l’équipe d’enquête constituée à cet effet”, précise le communiqué.

Le communiqué indique aussi que l’identité de l’homme retrouvé ou sa nationalité n’ont pas encore été définies. Par ailleurs, si la RAM a d’abord affirmé que l’homme se serait dissimulé dans la trappe du train d’atterrissage de l’avion à Conakry, et serait mort dès le décollage de l’appareil, la Guinée affirme pour l’instant de ne pas pouvoir confirmer cette version.

“Un corps peut rester coincé dans la trappe d’un avion plusieurs jours durant, en raison de la congélation due aux basses températures observées en altitude”, précise le ministère guinéen.

C’est à l’aéroport Mohammed V de Casablanca, lundi matin à l’atterrissage de l’avion, que le corps du défunt a été retrouvé. Suite à cette découverte, la RAM a annoncé l’ouverture d’une enquête pour déterminer les circonstances exactes du drame.