TUNISIE
12/01/2019 17h:28 CET

"La grève générale dans la fonction publique et le secteur public reste maintenue," affirme Taboubi

Vers la possibilité de pousser les mouvements de protestation vers l’escalade.

NurPhoto via Getty Images

Le secrétaire général de l’union générale tunisienne du travail (UGTT), Nourredine Taboubi a affirmé, samedi, le maintien de la grève générale prévue le 17 janvier 2019, faisant savoir qu’une réunion de la commission administrative est prévue dans les heures qui viennent pour examiner la possibilité de pousser les mouvements de protestation vers l’escalade.

Dans une déclaration aux médias en marge d’un meeting ouvrier avec des syndicalistes des régions de Sousse, Monastir, Mahdia, Nabeul et Kairouan, Taboubi a souligné que les syndicalistes qui revendiquent l’ajustement du pourvoir d’achat et non pas une augmentation salariale, ont perdu patience.

Il a fait porter au gouvernement la responsabilité de la non signature d’un accord pour mettre fin à cette crise en raison de sa politique d’atermoiement.

L’UGTT, a-t-il dit, demeure attachée à l’indépendance de la décision nationale en allusion aux informations qui ont circulé, récemment, selon lesquelles le fonds monétaire international a donné son aval en faveur des augmentations salariales dans la fonction publique.

L’UGTT n’acceptera pas de majorations inférieures à celles accordées aux agents du secteur public, a-t-il affirmé.

De son côté, secrétaire général-adjoint de l’UGTT, Mohamed Ali Boughdiri n’exclut pas que la grève générale du jeudi 17 janvier 2019 puisse dégénérer. 

Pour le responsable syndicaliste, la grève du 17 janvier sera bien différente de celle du 22 novembre 2018.  “L’UGTT ne sera pas responsable de ce qui pourrait arriver” martèle-t-il en menaçant d’escalade.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.