MAROC
19/11/2018 16h:31 CET | Actualisé 19/11/2018 16h:42 CET

La France annonce une hausse des frais de scolarité des étudiants non-européens

Les Marocains particulièrement concernés.

recep-bg via Getty Images

FRANCE - Mauvaise nouvelle pour les étudiants marocains. Alors que le Premier ministre français, Edouard Philippe, présentait la stratégie d’attractivité de la France pour les étudiants internationaux, ce dernier a annoncé une hausse des frais de scolarité des étudiants extra-européens à l’université.

Des étudiants devront ainsi, dès la rentrée 2019, débourser 2.770 euros en licence et 3.770 euros en master et doctorat, rapporte Europe 1 citant l’AFP, soit “le tiers du coût réel de leur formation”.

Le Premier ministre français s’est justifié sur cette annonce en affirmant vouloir “opérer une forme de révolution pour que notre attractivité ne soit plus tant fondée sur la quasi-gratuité que sur un vrai choix, un vrai désir, celui de l’excellence”.

Lors de son discours, il a notamment pointé le fait que la France est un des pays au monde où les frais d’inscription sont les plus faibles. “Ce choix a comme conséquence la faiblesse des moyens disponibles pour accueillir et accompagner les étudiants internationaux”, a-t-il affirmé.

Pour Edouard Philippe cette hausse permettra également de “faire financer les bourses des moins fortunés et des plus méritants en faisant payer les étudiants étrangers qui en ont les moyens”.

Ce dernier a en effet également annoncé la création de 8000 bourses d’exonération décernées par le Quai d’Orsay (en plus des 7000 déjà attribuées tous les ans) ainsi que 6000 autres bourses que les établissements “pourront librement attribuer aux étudiants internationaux”.

La France qui souhaite également augmenter le nombre d’étudiants étrangers  et tenter de passer à 500.000 étudiants en 2027 contre 320.000 aujourd’hui.

Accès au visa facilité

Le ministre a également annoncé que le gouvernement souhaite améliorer la procédure de délivrance des visas aux étudiants étrangers “un premier signal de bienveillance et d’intérêts”, selon ce dernier. Parmi les mesure annoncées, l’harmonisation et simplification de la liste de documents nécessaires pour une demande de visa étudiant. Les consulats devront également donner la priorité aux visa étudiants à l’approche de la rentrée.

De plus, à partir de mars 2019, les étudiants titulaires d’un diplôme français équivalent au Master, revenus dans leur pays d’origine, pourront bénéficier d’un titre de séjour d’un an pour revenir en France pour monter leur entreprise ou chercher du travail. Des mesure à prendre si le concerné “a quitté le territoire national moins de quatre années auparavant, et ce conformément à la loi asile et immigration.

En 2017, plus de 38.000 étudiants marocains ont poursuivi leurs études en France, d’après des chiffres sur la mobilité estudiantine de “Campus France”, l’Agence française pour la promotion de l’enseignement supérieur, l’accueil et la mobilité internationale. Le rapport précisait que les Marocains ont représenté l’année dernière 11,7% de la population totale des étudiants étrangers, ce qui place le royaume en tête des nationalités ayant choisi l’Hexagone pour compléter leur cursus.