30/05/2018 16h:49 CET | Actualisé 31/05/2018 10h:55 CET

Comment la "formation numérique" pourrait être un accélérateur de croissance en Afrique?

L’éducation en ligne en plein essor en Afrique.

Orange Tunisie

Longtemps resté au dernier rang sur le plan technologique, le continent africain rattrape progressivement son retard au niveau des télécoms et de l’internet.

Avec une jeunesse de plus en plus en connectée, des startups innovantes et futuristes, l’Afrique semble en train d’accomplir, silencieusement, une véritable révolution. Le continent se développe, se digitalise et innove en touchant à tous les domaines sans exception. Du commerce à la santé en passant par l’agriculture, tous les secteurs sont concernés par cette métamorphose. Même l’éducation et la formation numérique ne sont évidemment pas en reste. 

Intervenant dans le cadre du salon Viva Tech à Paris, la directrice des Relations Extérieures, de la RSE et de l’Innovation chez Orange Tunisie, Asma Ennaifer, est revenue sur les atouts de la formation numérique et de son potentiel à booster la croissance en Afrique.

Sous le thème “la formation au numérique et par le numérique, accélérateur de croissance en Afrique”, elle a abordé le sujet avec Clément Cezard, Chief Revenue Officer d’Open Classrooms et a mis en relief les opportunités à saisir pour développer les approches centrées sur les apprenants. 

“Aujourd’hui, la formation numérique est très importante”, a martelé Ennaifer en soulignant son apport à faciliter les échanges et à développer les métiers d’avenir en Afrique et notamment en Tunisie. 

La capacité à transmettre, à produire, à développer des activités, à évaluer ou encore à produire des contenus éducatifs favoriseront l’accès et le partage du savoir. Il s’agit, certes, d’un moyen essentiel pour accélérer le développement et la croissance du continent. 

De plus, la formation numérique pourrait être une solution innovante pour réduire le taux de chômage en Afrique. En effet, les formations digitales sont une passerelle pour changer de métier et faciliter la reconversion, a expliqué Ennaifer. Ces formations apportent, en fait, un nouveau souffle à la jeunesse africaine, pleine d’espoir et d’énergie mais aussi porteuse de revendications fortes en termes d’emplois et de projection dans l’avenir.

Selon elle, acquérir de nouvelles compétences pourrait être une alternative efficace pour les jeunes diplômés chômeurs qui sont parfois, lourdement pénalisés par l’inadéquation entre la formation académique et le besoin du marché du travail.   

“C’est une réponse aux jeunes en Afrique” a répliqué la responsable d’Orange Tunisie en ajoutant que des formations gratuites sont disponibles en faveur des jeunes africains. “Tous les jeunes sans emploi, et qui n’auront pas droit à internet, pourront avoir accès à ces formations gratuitement” a-t-elle encore souligné, et ce grâce notamment aux Orange Developer Center et aux écoles du numérique du groupe Orange.  

Elle s’est attardée, par ailleurs, sur les différents canaux de formation numérique. Elle a tenu à préciser que “les écoles du numérique ne remplacent pas les universités mais représentent un support au système éducatif qui existe déjà”.

Selon Ennaifer, le nombre de jeunes ayant bénéficié de formations digitales d’Orange en Tunisie dépasse les 10 mille. “En 8 ans, on a formé 10 mille jeunes développeurs et designers” a-t-elle précisé en espérant quadrupler ce chiffre dans les quatre prochaines années.

D’après Clément Cezard, plus de 300 mille africains se connectent chaque mois sur sa plateforme Openclassrooms, leader de l’éducation en ligne francophone. Et ce sont les Maghrébins qui accaparent la part du lion avec près de 100 mille visites mensuelles. Ces chiffres dévoilés reflètent le grand intérêt et l’engouement immense des jeunes africains à l’égard de la formation et d’apprentissage digital. Offrant des cours pertinents, des professeurs et coachs pointus, sa plateforme cartonne en Afrique. “Notre mission sociale est de rendre accessible l’éducation, et ce grâce à la magie d’Internet, cet outil extraordinaire” a-t-il assuré. 

Au delà de son partenariat avec la plateforme Openclassrooms, Orange compte offrir l’accès à la formation et l’éducation au maximum de jeunes africains à travers la mise en place de nouvelles écoles du numérique et des centres de formation. Toujours fidèle à ses projets d’impact social, Orange envisage à travers cette initiative donner les clés de succès à une jeunesse épanouie et assurer le développement du continent. 

LIRE AUSSI:

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.