MAROC
14/03/2019 18h:07 CET

La Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent fait don de caftans de collection à la Fondation national des musées

Pièces anciennes et accessoires rares rejoindront le musée du caftan et de la parure aux Oudayas à Rabat.

museeyslparis.com
Exposition "Une passion marocaine: Caftans, broderies, bijoux" à la Fondation  Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, Paris. 

MODE - La Fondation Pierre Bergé-Yves Saint Laurent a fait don de 32 caftans de collection à la Fondation nationale des Musées du Maroc (FNM), suite à la signature d’une convention, ce jeudi 14 mars à Paris, par leurs présidents respectifs, Madison Cox et Mehdi Qotbi, rapporte la MAP.

Le don en question comprend une collection de caftans anciens, accompagnée de foulards, ceintures et accessoires, datant de la fin du 19ème et début du 20ème siècle. Les pièces avaient fait l’objet d’une exposition, il y a une dizaine d’années, au Musée Yves Saint Laurent à Paris, baptisée “Une passion marocaine: Caftans, broderies, bijoux”.

Présentée en 2008, l’exposition se composait alors de 36 caftans, qui révèlent l’importance et la richesse du patrimoine marocain qui eut tant d’influence sur le travail d’Yves Saint Laurent.

museeyslparis.com
Exposition "Une passion marocaine: Caftans, broderies, bijoux" à la Fondation  Pierre Bergé-Yves Saint Laurent, Paris. 

Dans une déclaration à la MAP, Madison Cox également président de la Fondation jardin Majorelle, s’est réjoui que “cette collection puisse enfin rentrer au Maroc, comme le souhaitait ardemment feu Pierre Bergé” qui, a-t-il tenu à rappeler, “avait un lien très fort avec le royaume”.

De son côté, Mehdi Qotbi a souligné que “cette donation montre toute l’affection que vouait le défunt pour le Maroc et sa culture”, précisant que cette collection est destinée à être accrochée au Musée du caftan et de la parure aux Oudayas à Rabat.

Le président de la FNM s’est félicité de “l’excellence des relations de collaboration existant entre les deux Fondations, qui œuvrent, toutes les deux, à la promotion de la culture marocaine et à l’ouverture vers l’autre”, conclut la même source.