MAROC
22/01/2019 18h:37 CET

La foire d'art contemporain 1-54 revient à Marrakech pour sa deuxième édition

Avec une riche programmation en perspective.

Courtesy Montresso* Art Foundation
Armand Boua at Montresso* Art Foundation for IN-DISCIPLINE #2.

CULTURE - Un an après sa première édition, la foire 1-54, dédiée à l’art contemporain africain, revient à Marrakech. L’événement culturel lancé par Touria El Glaoui en 2013 à Londres, puis en 2015 à New York, se déroulera pour la deuxième année consécutive à La Mamounia entre le 23 et le 24 février 2019, avec des avant-premières VIP les 21 et 22 février.

Pour cette deuxième édition, 1-54 présentera 18 galeries internationales et le travail de plus de 65 artistes déjà établis ou émergents, indique l’organisation de l’événement sur son site, parmi lesquels de nombreux artistes marocains comme Mahi Binebine, Hassan Darsi, Yassine Balbzioui, Hicham Benohoud, Mounir Fatmi, Safâa Erruas, Najia Mehadji, Fatiha Zemmouri et Ghizlane Sahli.

Parmi les exposants se trouvent sept galeries africaines et quatre d’entre elles participeront pour la première fois à 1-54: la Galerie Poggi (Paris, France), la Galerie Goodman (Johannesburg et Le Cap, Afrique du Sud), In Situ - Fabienne Leclerc (Paris, France) et la Galerie Siniya28 (Marrakech, Maroc). Des galeries européennes (Danemark, Italie, Belgique, Allemagne, France, Royaume-Uni) et une galerie new-yorkaise seront également présentes.

Musées, galeries et centres culturels ouvrent leurs portes

Pendant toute la durée du salon, des événements seront organisés en partenariat avec des institutions locales de la ville ocre, notamment le Musée d’art africain contemporain Al Maaden (MACAAL), le musée Yves Saint Laurent de Marrakech, la Fondation Montresso*, le Comptoir des Mines, l’Institut Français de Marrakech et la Fondation Farid Belkahia, entre autres, pour “mettre en valeur l’énergie créative” de la ville.

En plus de ces institutions bien connues des Marrakchis, des galeries d’art et lieux culturels de la vieille médina ouvriront leurs portes pour offrir au public diverses manifestations culturelles (expositions, projections, installations artistiques, débats), comme le centre culturel Le 18, le riad Yima de l’artiste Hassan Hajjaj, ou encore le musée éphémère situé dans l’ancien bâtiment de Bank Al Maghrib, place Jemaa el-Fna.

Parallèlement à la foire d’art contemporain, le Forum 1-54 retourne également à La Mamounia et proposera des conférences et projections quotidiennes organisées par l’historienne de l’art et conservatrice Karima Boudou. Elle prendra la vie et l’œuvre du surréaliste afro-américain, peintre, musicien de jazz et poète Ted Joans (1928-2003) comme point de départ. 

“Soutenir l’art contemporain au Maroc”

“La production artistique de l’Afrique et de sa diaspora a longtemps été sous-estimée à cause de préjugés et stéréotypes historiquement enracinés. Nous voulons donc nous éloigner de ces récits réducteurs mais aussi être réceptifs et encourager les évolutions parfois inattendues qui peuvent surgir dans ce secteur artistique en pleine croissance”, nous expliquait l’organisatrice de la foire 1-54, Touria El Glaoui, lors du lancement de la première édition l’année dernière.

Marrakech a été choisie pour “ramener la dynamique” autour de l’art contemporain africain sur le continent, “tout en s’appuyant sur la base déjà existante des collectionneurs et des institutions africaines”. “Nous ne souhaitons pas entrer en concurrence avec d’autres foires basées en Afrique, mais tout simplement compléter ce marché en développement et soutenir l’art contemporain au Maroc”, indiquait-elle.