TUNISIE
23/07/2018 17h:23 CET | Actualisé 23/07/2018 17h:26 CET

La Fédération Internationale de Judo suspend le Grand Prix de Tunis pour “discrimination” envers des athlètes israéliens

La FIJ a affirmé avoir pris cette “décision ferme” (...) pour lutter “contre la discrimination dans le sport”.

David Finch via Getty Images

La Fédération Internationale de Judo (FIJ) a suspendu, vendredi, les Grands prix de Judo de Tunis et d’Abu Dhabi pour “discrimination” envers des athlètes israéliens.

Citant ses statuts, la FIJ affirme qu’elle “ne doit pas faire de discrimination fondée sur la race, la religion, le sexe ou l’opinion politique” appelant à “promouvoir les principes moraux et les valeurs du Judo, de l’Olympisme et du sport en général, contribuant ainsi activement à la promotion de la paix et de l’égalité entre les nations, les races et les sexes”.

Dans un communiqué publié sur son site, la FIJ a affirmé avoir pris cette “décision ferme” sur “la base des expériences des années précédentes” pour lutter “contre la discrimination dans le sport (...) après avoir soigneusement analysé les situations passées impliquant le refus de participer dans des conditions égales de toutes les fédérations membres de la FIJ - avec leurs insignes et hymnes nationaux”.

 

La Fédération Internationale de Judo a également expliqué avoir demandé “une lettre de garantie signée par le gouvernement” pour que tous les pays puissent participer à leurs événements dans des conditions d’égalité, et ce quelque soit le contexte “politique et historique complexe et compliqué”, sans obtenir de réponse du gouvernement tunisien, ni de celui des Émirats.

“Nous croyons fermement que la politique ne devrait pas interférer dans le sport et que le sport devrait être le reflet du respect humain. la coopération mutuelle et que le sport, en tant que l’une des plus hautes expressions de l’humanité, devrait avoir le pouvoir de surmonter tout autre conflit ou intérêt” explique la FIJ.

Le Grand Chelem d’Abu Dhabi et le Grand Prix de Tunis seront suspendus “jusqu’à ce que la garantie gouvernementale soit donnée pour assurer la participation libre et égale de toutes les nations. lesdits événements” clarifie la plus haute instance du Judo mondial. 

Lors du précédent Grand Chelem d’Abu Dhabi, en octobre 2017, la délégation israélienne avait été empêchée de porter des signes distinctifs permettant de connaitre leur nationalité. L’hymne du pays n’avait par ailleurs pas été joué. 

Concernant la Tunisie, le récent jugement du Tribunal de Première Instance de Tunis empêchant l’entrée sur le territoire tunisien de quatre athlètes israéliens qui devaient prendre part aux championnats du monde junior de Taekwondo suite à une plainte du Comité de soutien à la résistance palestinienne a probablement dû motiver cette décision.

Le Grand prix de Tunis était initialement prévu pour janvier 2019, alors que le Grand Chelem d’Abu Dhabi devait se dérouler en octobre prochain.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.