TUNISIE
13/02/2019 11h:08 CET | Actualisé 13/02/2019 11h:18 CET

La fédération de l'enseignement secondaire rejette la fusion des résultats des premier et deuxième semestres proposée par le ministère de l'Education

"Une solution sera trouvée", rassure le SG de l'UGTT, Noureddine Taboubi.

Zoubeir Souissi / Reuters

La fédération générale de l’enseignement secondaire a rejeté “l’orientation” annoncée mardi par le ministère de l’Education nationale de fusionner en une seule période les résultats des premier et deuxième trimestres de l’année scolaire en cours pour les collégiens et lycéens et de calculer les moyennes des matières ainsi que les moyennes générales de cette période sur la base de cette fusion.

Dans son communiqué rendu public mardi, la fédération a indiqué que par souci de remédier au retard des cours et par esprit d’égalité des chances, elle a proposé de fusionner les premier et deuxième trimestres en une seule période d’évaluation et de prendre seulement en compte les notes des devoirs de contrôle du premier trimestre et les notes des devoirs de composition à effectuer lors du deuxième trimestre (en plus du nombre de tests oraux et appliqués). 

Elle a motivé sa proposition par une prise en considération des conditions inappropriées dans lesquelles une “infime minorité” d’élèves ont accompli tous leurs devoirs de composition du premier trimestre, marqués par des lacunes multiples dont il importe de ne pas ignorer les effets négatifs sur leurs prestations.

La fédération a également proposé de réserver la période du 11 au 23 février à consolider les acquis des élèves et éviter le manque de leur formation et leur épuisement en menant les devoirs de contrôle tout en préservant le calendrier dédié à l’achèvement des devoirs de composition du 25 février au 9 mars prochain.

“Le ministère de l’Education s’est attaché pour des considérations non pédagogiques à calculer les notes des devoirs de composition du premier trimestre, ce qui irait à l’encontre des intérêts des étudiants et du principe d’égalité des chances”, a estimé la fédération.

Elle a fait assumer toute la responsabilité légale et morale au ministère résultant de cette “orientation” et de ses retombées sur le processus éducatif.

Dans une déclaration accordée à Mosaïque Fm, le secrétaire général de l’UGTT Noureddine Taboubi a appelé à apaiser la tension entre les deux parties et ne pas s’affoler en estimant que ce désaccord serait sans incidence. “Une solution sera trouvée,”a-t-il rassuré.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.