ALGÉRIE
22/10/2019 11h:21 CET

La favorite des primaires démocrates veut suspendre l’aide à Israël à l’arrêt de la colonisation

"La politique des Etats-Unis soutient la solution des deux Etats. Si Israël prend une direction opposée, toutes les options seront envisagées », a déclaré samedi dernier Elizabeth Warren, donnée aussi favorite des primaires démocrates que l’ancien vice-président Joe Biden.

Reuters
FILE PHOTO: Senator Elizabeth Warren does an interview in the Spin Room after the fourth Democratic U.S. 2020 presidential election debate at Otterbein University in Westerville, Ohio

La candidate aux primaires démocrates Elizabeth Warren pourrait arrêter l’aide US à Israël s’il ne cesse pas de construire des colonies en Cisjordanie, rapporte le journal électronique américain The Hill.

« La politique officielle américaine soutient la solution des deux Etats et si Israël prend une direction opposée, toutes les options seront envisagées », a-t-elle déclaré samedi dernier, selon le Hill.

Interrogée si elle conditionnerait l’aide américaine par le gel de la colonisation, elle a répondu : « Benyamin Netanyahu vient de déclarer qu’il entend intensifier la construction de colonies, et cela ne va pas dans le sens de cette solution ! »

Selon le magazine américain Newsweek, qui commentait cette déclaration, Israël devrait recevoir des Etats-Unis des financements militaires équivalant à 38 milliards de dollars aux termes d’un accord couvrant la période 2018 à 2028.

L’Etat hébreu est le plus grand récipiendaire de l’aide américaine depuis la Seconde guerre mondiale, a indiqué le Congressional Research Service cité par le Newsweek.

 

Une position aux antipodes de la politique de l’administration Trump

 

La déclaration d’Elizabeth Warren n’est pas sans importance. Cette candidate aux primaires démocrates est donnée aussi favorite que l’ancien vice-président Joe Biden, et si elle tient ce discours envers Israël, c’est que cela est devenu possible au sein du parti démocrate, où les personnalités pro-israéliennes ne sont pourtant pas peu nombreuses.

La position de la sénatrice du Massachusetts va à l’encontre de la politique de l’administration de Donald Trump. Non seulement cette dernière ferme les yeux sur l’intensification de la colonisation de la Cisjordanie et de Jérusalem-Est mais elle l’encourage aussi presque ouvertement. Ainsi, mercredi dernier, l’ambassadeur des Etats-Unis en Israël David Friedman a-t-il affirmé que « l’Accord du siècle » (plan de paix américain pour le Proche-Orient) ne comporte pas l’évacuation des colonies israéliennes de Cisjordanie. « Je ne pense pas qu’il soit réaliste de prévoir le départ forcé de qui que ce soit, Juif ou Arabe », a-t-il déclaré à un site web israélien favorable aux colonies.

 

Les démocrates de plus en plus critiques ?

 

Comme l’observe le Newsweek, Elizabeth Warren n’est pas la seule personnalité démocrate à se montrer critique envers le principal allié des Etats-Unis au Proche-Orient.

Les députées démocrates Ilhan Omar et Rashida Tlaib vont encore plus loin en soutenant la campagne Boycott-Désinvestissement-Sanction (BDS), hostile à l’occupation israélienne des territoires palestiniens.

Ces deux députées, pour rappel, sont interdites d’entrée sur le territoire israélien.