ALGÉRIE
23/09/2019 16h:13 CET

La famille du général Benhadid craint qu’il soit remis de nouveau à la prison d’El Harrach

La famille du général à la retraite Hocine Benhadid a exprimé, ce lundi 23 septembre, des craintes sur l’éventuelle remise en prison d’El Harrach à Alger du prévenu.

Le général Benhadid, arrêté le 12 mai 2019, a été transféré à l’hôpital Mustapha Bacha d’Alger (dans l’aile réservée aux prisonniers) en raison de la détérioration de son état de santé. Son épouse n’a le droit de le visiter que deux fois par mois. “Ces derniers jours, on commence à lui dire qu’il va être transféré de nouveau à la prison d’El Harrach, or son état de santé ne le permet plus. Il ne peut presque plus bouger et besoin d’assistance pour se déplacer. Même les infirmiers censés l’aider ne viennent que chaque deux ou trois jours le voir”, précise un proche de la famille Benhadid.

Le général Hocine Benhadid, 75 ans, a été mis en prison en septembre 2015 suite à un entretien à Radio M critiquant le commandement de l’armée. Il a bénéficié en juillet 2016 d’une liberté provisoire à la demande de ses avocats qui se sont inquiets de la détérioration de son état physique.

Il a été une nouvelle fois interpellé après la publication d’une contribution le 25 avril 2019 dans les colonnes du journal el Watan à travers laquelle, il s’est adressé au général de corps d’armée Ahmed Gaid Salah, chef d’état-major de l’ANP et vice-ministre de la Défense, lui suggérant de privilégier “la solution politique” à la crise née après la démission du président Abdelaziz Bouteflika. “La solution ne peut être que politique, elle ne peut en aucun se trouver dans une Constitution taillée sur mesure par un pouvoir qui refuse toute ouverture démocratique”, a-t-il écrit.