ALGÉRIE
18/08/2019 12h:11 CET

La famille de Bouregaa confie à une équipe de 4 avocats la charge exclusive de le défendre

AFP

Une nouvelle équipe d’avocats pour défendre le moudjahid Si Lakhdar Bouregaa, arrêté le 29 juin dernier et poursuivi pour “participation, en temps de paix, à une entreprise de démoralisation de l’armée ayant pour objet de nuire à la défense nationale et à un corps constitué”.

La famille du commandant Bouregaa a publié samedi un communiqué où elle a d’abord tenu à remercier tous ceux  ceux qui “ont sympathisé avec leur cause et notamment le nombre considérable de Moudjahidines, d’avocats, d’intellectuels et de citoyens”.  

Communiqué de la famille Bouregaa

 

 

Le communiqué indique que dans le souci de “concentrer les efforts pour la libération du moudjahid et afin d’éviter toute exploitation politique, quelle que soit son orientation”, la famille a décidé de désigner une équipe d’avocats qui aura la charge exclusive de représenter Lakhdar Bouregaa. Il s’agit des maîtres Fatah Boulesnane, Djamal Aimat, Nadjib Bitam et Hakim Rafaï.

Le communiqué précise que ces avocats sont les seuls chargés de ″plaider dans l’affaire et de parler au nom du moudjahid et de sa famille ”. La famille de Bouregaa a tenu à remercier “tous les avocats volontaires″⁣ et réclame la ″⁣libération du moudjahid dans les plus brefs délais pour tenir compte de son état de santé’.

Pour rappel, l’arrestation du moudjahid a suscité une vague d’indignation, son portrait est désormais constamment porté par les manifestants du hirak qui le considère comme faisant partie des détenus d’opinion. 

Des tentatives médiatiques - dont celle de l’ENTV -  de semer le doute sur le passé révolutionnaire de Bouregaa avec accusation d’avoir “usurpé” son identité, l’Organisation nationale des moudjahidine (ONM) avait vigoureusement réagi en soulignant “ l’importance historique du rôle joué par cette personnalité durant la guerre de Libération au niveau de la wilaya IV historique”.

Le parcours héroïque de Lakhdar Bouregaa a été rappelé par l’ONM: “ Il faut savoir qu’il a rejoint le maquis sous le contrôle de la wilaya IV de l’ALN au début de l’année 1956. Il a été chargé entre autres par les chefs historiques Larbi  Ben M’hidi, Abane Ramdane et Ouamrane de contribuer à la formation militaire et politique des jeunes étudiants qui venaient de rejoindre la Révolution”.

L’organisation des moudjahidine qui avait indiqué déposer plainte contre les diffamateurs de Bouregaa, a rappelé que celui-ci est l’un des “ rares membres du Conseil national de la révolution algérienne encore en vie”.