MAROC
12/12/2018 10h:05 CET

La DGSN dément catégoriquement l’arrestation des membres de Génération Identitaire à Marrakech

Le groupe d'extrême-droite continue cependant d'affirmer que ses partisans ont été interpellés.

Huffpost MG

FAKE-NEWS - Ce 11 novembre, des membres du groupuscule d’extrême-droite français, Génération Identitaire, affirmaient sur Twitter avoir été interpellés puis relâchés par la police marocaine alors qu’ils dénonçaient, à Marrakech, le pacte de l’ONU et disait “stop à l’immigration massive”. 

La Direction générale de la sûreté nationale (DGSN) a “démenti de manière catégorique les allégations et les mensonges véhiculés sur les réseaux sociaux, faisant état de l’arrestation de citoyens étrangers sur fond de leur participation à un acte de protestation en marge de la Conférence intergouvernementale sur la migration qui se tient à Marrakech”, rapporte la MAP.

“Dans un communiqué, la DGSN affirme, pour éclairer l’opinion publique et corriger ces informations erronées et dénuées de tout fondement, qu’elle n’a entrepris aucune mesure restrictive ou privative de liberté à l’encontre d’aucun citoyen étranger ou marocain dans la ville de Marrakech en marge des travaux de cette conférence”, ajoute l’agence de presse marocaine.

Génération Identitaire persiste et signe

Malgré cette information, partagée directement par les internautes aux membres du groupe d’extrême-droite, Génération Identitaire réaffirme cette interpellation. “Interpellés puis relâchés par la police marocaine nous continuerons à lutter pour défendre notre peuple face à l’immigration massive”, souligne le partisan Aymeric Courtet qui s’est dit sur place au moment des faits.

En fin de soirée, Génération Identitaire persiste et signe. Le porte-parole du groupe, Romain Espino, partage une vidéo sur Twitter où il déclare : “Avec plusieurs membres de Génération Identitaire, je suis actuellement à Marrakech pour dénoncer le pacte des migrations de l’ONU que la France vient d’approuver”. Avant d’affirmer: “Ce matin, nous étions devant l’entrée où cette trahison a eu lieu, nous avons déployé une banderole intitulée ‘Non au pacte de Marrakech. Stop à l’immigration massive’. Et aussitôt, nous avons été interpellés par la police marocaine, qui sécurise massivement l’événement”.