MAROC
13/10/2019 12h:50 CET

La DGAPR dément les rumeurs de débordements lors des fouilles de détenus du Hirak à la prison de Fès

L'opération de fouille s'est effectuée "dans le total respect de leur dignité", assure-t-elle.

DGAPR
DGAPR

DÉMENTI - La Délégation générale à l’administration pénitentiaire et à la réinsertion (DGAPR) réagit à une nouvelle publication du père de Nasser Zefzafi, Ahmed Zefzafi, présentée comme étant “un message des détenus du Hirak”. Dans ce dernier, les détenus déclarent être victimes de représailles suite à leur demande de déchéance de la nationalité marocaine. Ils indiquent notamment avoir fait l’objet le 6 octobre d’une opération d’inspection “musclée” “sans respect de la dignité des détenus”.

Il s’agit de rumeurs “mensongères”, répond la DGAPR dans un communiqué publié hier et dans lequel elle qualifie ces propos “d’allégations infondées”. Et de préciser que l’opération de fouille dont les détenus de Ras El Ma à Fès ont fait l’objet s’est déroulée “d’une manière professionnelle et dans le respect total de leur dignité”, conformément aux dispositions juridiques et organiques régissant les établissements pénitentiaires. Elle rappelle avoir pour devoir d’effectuer des inspections et fouilles régulières dans but d’éviter que des “produits illicites” circulent au sein des prisons. 

La DGAPR souligne, par le même biais, qu’“aucun acte dégradant n’a été commis par les fonctionnaires chargés de l’opération” et que “les objets personnels des détenus n’ont pas été dispersés” contrairement à ce qu’ils soutiennent. Et de souligner qu’elle “utilisera tous les moyens prévus par la loi pour interdire la circulation des produits illicites au sein des établissements pénitentiaires, y compris lors d’opérations de fouille. Et ce, “sans distinction entre les détenus”.