TUNISIE
27/02/2019 13h:13 CET

La culture comme pilier de l'impulsion économique et culturelle en Tunisie

L’industrie culturelle en Tunisie ne représente que 0,6% de l’économie nationale.

Panoramic Images via Getty Images

“La culture peut être un pilier dans l’impulsion économique et sociale de la Tunisie si elle est soutenue par une volonté politique”, ont soutenu les artistes participant à la conférence autour des perspectives de la culture en Tunisie après la révolution.

Organisée, mardi soir, par le parti “Afek Tounes”, la conférence a été animée par le chanteur compositeur Lotfi Bouchnak, le producteur-réalisateur Ibrahim Letaief, l’artiste et ancienne ministre des affaires culturelles Sonia M’barek, le musicien Mohamed Ali Kammoun et la propriétaire de la Galerie “Gorgi” Aicha Gorgi.

Dans son intervention, Mohamed Ali Kamoun a passé en revue son expérience en mettant l’accent sur la problématique de l’exploitation de l’œuvre artistique en Tunisie.

Pour sa part, l’artiste Lotfi Bouchnak a critiqué le faible budget accordé à la culture en estimant que celle-ci reste la solution pour faire face à plusieurs problèmes sociaux. Bouchnak a, par ailleurs, appelé à la création d’espaces qui peuvent réunir des artistes de différentes spécialités afin de faciliter le réseautage entre eux. Il a, dans le même contexte, invité les politiciens à communiquer davantage avec les artistes.

De son côté, le réalisateur Ibrahim Letaief a mentionné, dans sa communication, l’absence d’une industrie cinématographique en Tunisie. “Les métiers dans le secteur de l’art plastique ne sont pas structurés”, a estimé Aicha Gorgi en expliquant que le plasticien produit ses œuvres en s’appuyant sur ses propres moyens puis reste dépendant des acquisitions de l’Etat.

Tout en mentionnant que le marché de l’art plastique reste élitiste, Gorgi a fait remarquer que le public tunisien de l’art plastique regarde encore la toile comme un objet de décor et non comme une œuvre artistique.

L’ancienne ministre des affaires culturelles, Sonia M’barek a tenu à rappeler que la culture fait partie de l’identité d’un peuple avant d’être une pratique. Elle a, de même, déclaré que le modèle de l’Etat comme unique parrain de la culture est dépassé, invitant à cet égard, à soutenir le secteur privé et le réseautage.

M’braek a, par ailleurs, fait savoir que l’industrie culturelle en Tunisie ne représente que 0,6% de l’économie nationale, signalant, à ce propos, que l’industrie culturelle n’est pas seulement l’apanage du ministère des Affaires culturelles mais implique aussi plusieurs ministères, tels que ceux des Affaires étrangères et du Tourisme.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.