MAROC
29/03/2019 12h:06 CET

La cinéaste française Agnès Varda est décédée à 90 ans

Des suites d'un cancer, a annoncé sa famille.

GUILLAUME SOUVANT via Getty Images

DÉCÈS - Pionnière du courant de la Nouvelle Vague, la réalisatrice française Agnès Varda s’est éteinte dans la nuit de jeudi à vendredi, a annoncé sa famille. Elle avait 90 ans. “La réalisatrice et artiste Agnès Varda est décédée chez elle dans la nuit du jeudi des suites d’un cancer. Sa famille et ses proches l’entouraient”, ont annoncé ses proches dans un communiqué.

Née Arlette Varda le 30 mai 1928 à Ixelles (Belgique), photographe, réalisatrice de cinéma et plasticienne française, elle était l’une des rares réalisatrices de la Nouvelle Vague. Sa carrière a été marquée par la réalisation des films La Pointe courte (1955), Cléo de 5 à 7 (1962), Ulysse (1984, César du meilleur court métrage documentaire), Sans toit ni loi (1985, Lion d’or à la Mostra de Venise), Jacquot de Nantes (1991), Les Glaneurs et la Glaneuse (2000), Deux ans après (2002), Les Plages d’Agnès (2009, César du meilleur film documentaire) et Visages, villages, réalisé avec le photographe JR et présenté hors-compétition au Festival de Cannes en 2017.

L’ensemble de son œuvre cinématographique a été récompensée par un César d’honneur en 2001, par le prix René-Clair de l’Académie française en 2002, par une Palme d’honneur au Festival de Cannes 2015, par un Oscar d’honneur reçu en 20171, et par la Caméra de la Berlinale en 2019.

Agnès Varda et le Maroc

Plus récemment, elle avait été mise à l’honneur au dernier Festival du Film de Marrakech (FIFM) où elle avait été récompensé par une Etoile d’or pour l’ensemble de sa carrière. “J’ai aimé Marrakech avant que le festival n’existe, mais l’ajout du cinéma me rend encore plus heureuse de revenir et de rencontrer la communauté de cinéastes et cinéphiles marocains et internationaux”, s’était réjouit Agnès Varda, venue discuter de son parcours avec le public du festival et de son expérience avec le Maroc qu’elle a découvert en 1951. “C’était au Club Med, qui avait un magnifique endroit (...) c’était à l’époque fait par des artisans, avec des salles de bain en mosaïque qui mettaient en valeur ce que le Maroc a, entre autres, un artisanat magnifique. Donc j’ai connu ça de façon un peu bête, touristique”, avait partagé la réalisatrice.

Elle reviendra plusieurs fois dans le royaume présenter ses films, en compagnie de son défunt époux, le cinéaste Jacques Demy, ou Jane Birkin, une de ses actrices fétiches. “Je suis venue avec Jacques Demy parce qu’ils nous ont demandé de présenter ‘Lola’, son premier film et le mien ‘Cleo de 5 à 7’. À l’époque, on n’avait pas d’argent et on était très content”. “Depuis, je suis venue plusieurs fois”, avait-elle précisé “parfois invitée par des Marocains, d’autres fois par des services culturels français. J’ai été aussi avec Jane Birkin dans une ville balnéaire du nord. J’ai toujours rencontré un public marocain plutôt sympathique et ouvert à mon cinéma”.