TUNISIE
29/03/2019 14h:45 CET | Actualisé 29/03/2019 14h:46 CET

La “Charfiya” de Kerkennah : Un patrimoine immatériel bientôt inscrit à l’UNESCO

Après le savoir-faire des femmes de Sejnane pour la poterie, c'est au tour de la “Charfiya” de Kerkennah.

FETHI BELAID via Getty Images

La remarquable technique de pêche à la “Charfiya” de l’archipel de Kerkennah pourrait être inscrite sur la liste du patrimoine immatériel de l’Humanité.

L’ambassadeur délégué permanent de la Tunisie auprès de l’UNESCO, Ghazi Gheraïri, et Faouzi Mahfoudh, directeur général de l’Institut National du Patrimoine (INP) ont procédé jeudi au dépôt de la demande auprès du Secrétariat de la Convention de 2003 de l’UNESCO.

En novembre 2018, le savoir-faire des femmes de Sejnane pour la poterie avait déjà été inscrit sur la liste mondiale du patrimoine immatériel de l’UNESCO. Le 28 mars 2019, Ghazi Gheraïri, ambassadeur de Tunisie auprès de l’UNESCO annonce sur son compte Twitter que la technique de pêche à la Charfiya des îles de Kerkennah devrait elle aussi suivre le même destin.

 

Le nom “Charfiya” donné à la technique de pêche si particulière est apparu au XVIIème siècle, et découle du nom de la famille ayant le monopole de posséder et d’exploiter le domaine maritime jusqu’en 1772 avant que le Bey de Tunis, Ali Pacha bin Hussein bin Ali ne leur retire ce monopole, la famille Charfi.

La technique de pêche a par contre des origines bien plus antérieures. Elle daterait de l’ère punique.

La Tunisie s’est vue félicitée par Tim Curtis, Secrétaire de la Convention de 2003 pour la sauvegarde du patrimoine culturel immatériel pour le dépôt de ce dossier ainsi que pour la compétence et le professionnalisme des experts qui ont travaillé sur l’élaboration du dossier.

Il a qualifié d’exemplaire la coopération entre la Tunisie et l’UNESCO.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.