ALGÉRIE
15/09/2019 18h:19 CET

La candidature de Benflis se précise: “les conditions d’une présidentielle honnête sont réunies” (Talaie El Hourriyet)

Getty Editorial
Ali Benflis, president of the Talaie El Houriat party at the opposition meeting to discuss the possibility of standing in the elections of April 18 with a single candidate, in Algiers in Algeria on February 20, 2019 at the invitation of the president of the Front for Justice and Development, abdallah djaballah (Photo by Billal Bensalem/NurPhoto via Getty Images)

Les conditions de la tenue d’élections présidentielles honnêtes sont “désormais réunies” indique dimanche un communiqué du parti Talaie El Hourriyet que préside l’ancien chef de gouvernement, Ali Benflis. Un satisfecit qui prélude à une candidature qui pourrait être annoncée le 26 septembre prochain à l’occasion de la réunion d’un comité central du parti. 

Le communiqué de Talaie El Hourriyet reprend les constats positifs sur le “dialogue national” déjà faits par Ali Benflis dans une contribution jeudi dans Le Soir d’Algérie où il estimait déjà que “l’horizon semble se dégager” et que les “perspectives s’ouvrent”

On retrouve les mêmes réserves sur la composition - trop grande selon lui - de la Commission électorale indépendante, la durée de son mandat et sur la portée des lois. Mais sur le fond, note le communiqué de Talaie El Hourriyet, le régime électoral a atteint son objectif “d’éloigner les ingérences politiques sur le processus électoral” et de “neutraliser” le gouvernement et notamment le ministère de l’intérieur et l’appareil administratif. 

 

Remplacer le gouvernement Bedoui

 “Les conditions institutionnelles et juridiques pour la tenue d’une élections présidentielles transparentes, correctes et non contestées, sont globalement réunies”, mais il reste à créer les “conditions politiques” et à créer un “climat paisible”.  Le parti de Benflis estime nécessaire le départ du gouvernement de Bedoui et son remplacement par un “gouvernement de compétences nationales crédibles et respectées…”

En dépit de certaines faiblesses, le nouveau régime électoral “permet d’encadrer les élections présidentielles avec des garanties acceptables en matière de libertés, de transparence….”. Le communiqué évoque l’existence de “garanties supplémentaires” qui sont le “produit du hirak populaire qui est de nature à réduire de manière substantielle la marge de la fraude durant le scrutin…”

Le Comité central du parti est convoqué en session ordinaire pour le 26 septembre “pour examiner l’évolution de la situation politique y compris les prochaines élections présidentielles”.