TUNISIE
12/05/2019 10h:44 CET

La caféine est-elle efficace contre le mal de tête? Des experts répondent

Différents facteurs sont à prendre en compte.

Le HuffPost

MAL DE TÊTE - Vous avez le réflexe d’avaler une tasse de café pour chasser un mal de tête qui s’installe? Étonnamment, ce geste peut être contre-productif.

Si la caféine permet de soulager la douleur, elle peut en effet aussi l’aggraver, affirment les spécialistes.

Les facteurs en jeu sont multiples, et propres à chacun. Avant de vous précipiter au distributeur de boissons dès les premiers signes de mal de tête, voici ce que vous devez savoir.

La caféine ne fonctionne que dans certains cas

“Une chose est certaine: la caféine n’est pas la panacée face au mal de tête”, confirme Kirsten Ransbury, diététicienne chez Kaiser Permanente à Roseville, en Californie.

Lorsque la vasodilatation – le gonflement des vaisseaux sanguins du cerveau – est à l’origine de la douleur, la caféine est susceptible d’inverser la tendance en favorisant la vasoconstriction. Grâce à son effet relaxant sur le cuir chevelu et la nuque, elle peut aussi calmer les céphalées dues aux tensions musculaires, détaille Kiran Rajneesh, médecin spécialiste de la douleur au centre hospitalier Wexner de l’université de l’Ohio.

Cela se complique cependant: à forte dose, la caféine accentue au contraire la tension musculaire, et donc la douleur, prévient-t-il.

Il n’existe pas de “dose magique”

Il serait pratique de savoir quelle quantité exacte de caféine prendre chaque fois qu’arrive le mal de tête. Malheureusement, la posologie idéale varie d’un individu à l’autre.

“Pour des raisons génétiques, certains ont une sensibilité accrue à la caféine”, poursuit-il. Dans ce cas, mieux vaut ne pas y avoir recours pour calmer la douleur.

Pour le café, il donne quelques repères: “Une ou deux tasses par jour suffisent”, trois ou quatre étant généralement le grand maximum. Si on a déjà pris son café du matin, la caféine ne sera pas forcément la meilleure alliée contre une céphalée.

L’origine de la caféine n’est pas complètement neutre

Le café, le thé, le chocolat et les sodas comptent parmi les sources de caféine les plus courantes. Selon Kirsten Ransbury, elles se valent à peu près toutes, exception faite des boissons énergisantes, à consommer avec modération car elles peuvent être facteur de vertiges, de crises d’épilepsie ou d’AVC.

Pour le Dr Rajneesh, ce type de boissons est même à proscrire en cas de mal de tête. Elles contiennent en effet des “neurostimulants susceptibles d’amplifier la douleur”. C’est notamment vrai pour les personnes souffrant de migraines.

Il est également important de prendre en compte la quantité de caféine contenue dans la boisson. Pour le café, elle se situe entre 106 et 164 mg par tasse de 150 ml, quand un soda caféiné en contient de 38 à 46 mg, précise Kirsten Ransbury.

“Le café est probablement la boisson la plus inoffensive du lot”, juge le Dr Rajneesh. Il rappelle en effet que les sodas sont aussi composés de sucre et de produits chimiques à même de perturber notre bien-être général (et donc de jouer sur nos maux de tête).

À chaque mal de tête, sa solution

Si certains ne jurent que par le duo ibuprofène-sieste, d’autres optent par exemple pour une compresse froide sur les yeux.

Et pour cause: chacun est différent et ne réagit pas de la même manière à tel ou tel remède. Kiran Rajneesh confie ainsi qu’il conseille de privilégier la caféine du café plutôt qu’un traitement médicamenteux, jugeant cette solution plus “naturelle”

Il suggère à ses patients de “changer leurs habitudes”: adopter un meilleur rythme de sommeil, bien s’hydrater et introduire un peu d’activité physique dans leur quotidien, notamment. Avant d’avoir le réflexe “médicament”, il souligne l’importance pour chacun d’identifier, dans sa vie de tous les jours, les causes possibles des maux de tête, afin de procéder à quelques réajustements. Le manque de sommeil, d’exercice ou d’apports nutritionnels de qualité peut être source d’un déséquilibre intérieur, dont les maux de crâne font partie.

Il existe, bien entendu, des méthodes plus directes pour apaiser les céphalées. Kirsten Ransbury évoque ainsi de nombreux remèdes naturels et sans caféine. Elle préconise par exemple d’éteindre les lumières, de passer un moment de détente au calme et de prendre un bain chaud. Éviter les repas trop copieux, l’alcool et la nicotine, réduire le temps passé devant les écrans et – surprise! – l’excès de caféine pourrait également suffire à atténuer les douleurs.

 

Cet article, publié sur Le HuffPost américain, a été traduit par Sophie Lecoq pour Fast ForWord.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.