MAROC
06/08/2019 16h:41 CET

La CAF innocente Fouzi Lekjaa, accusé d'avoir agressé un arbitre

"Preuves insuffisantes".

Getty Editorial

FOOTBALL - Plusieurs médias avançaient que Fouzi Lekjaa “devrait être suspendu pour un an”, le patron du football marocain, récemment élu deuxième vice-président de la Confédération africaine du football (CAF), a été innocenté par cette dernière dans l’affaire de l’agression d’un arbitre éthiopien lors de la finale de la Coupe de la Confédération 2018-2019. 

Accusé d’avoir agressé l’arbitre éthiopien Bamlak Tessema lors de cette rencontre qui opposait le Zamalek à Renaissance sportive de Berkane, club dont il est président d’honneur, Fouzi Lekjaa a été blanchi par la CAF dans un document indiquant que les informations autour de cette agression sont “très vagues”. “Les noms des joueurs qui auraient assisté à la scène d’agression ne sont pas mentionnés” dans le rapport fait par le commissaire du match. “Face à cette ambiguïté, l’instance a décidé d’innocenter Lekjaa étant donné que les preuves présentées étaient insuffisantes pour prouver la culpabilité de Fouzi Lekjaa” peut-on lire. 

Dans un communiqué, publié le 9 juillet, la FRMF dément “toutes les fausses informations” faisant état d’une suspension de son président par la commission de discipline de la CAF, en rapport avec la finale retour de la Coupe de la CAF entre le Zamalek d’Egypte et la R.S Berkane, le 26 mai dernier.

Une plainte avait notamment été déposée par la Fédération éthiopienne de football qui avait saisi la CAF pour “agression physique” de Lekjaa sur son arbitre Tessema au terme du match entre les deux équipes. 

Rappelons que la Fédération éthiopienne de football avait envoyé, en juin dernier, une lettre au comité de discipline de la CAF pour protester contre le président de la FRMF, quelques jours après la finale retour de la Coupe de la CAF. Dans cette missive, cette avançait que “Lekjaa est descendu sur la pelouse pour contester les décisions de l’arbitre éthiopien, Bamlak Tessema, avant de lui donner un coup de tête violent à l’issue de la rencontre”. Et d’ajouter que “plusieurs joueurs du Zamalek étaient témoins de cette scène”.