TUNISIE
17/09/2018 11h:22 CET

"La Belle et la meute" présélectionné par la Tunisie dans la course à l'Oscar du meilleur film étranger 2019

La concurrence sera rude...

Stephane Cardinale - Corbis via Getty Images

Le film tunisien “La Belle et la meute” de la réalisatrice tunisienne Kaouther Ben Hania a été sélectionné par une commission sous l’égide du Centre National du Cinéma et de l’Image (CNCI) pour représenter la Tunisie pour la course à l’Oscar du meilleur film étranger.

Synopsis: “Lors d’une fête étudiante, Mariam, croise le regard de Youssef. Quelques heures plus tard, Mariam, erre dans la rue en état de choc. Commence pour elle une longue nuit durant laquelle elle va devoir lutter pour le respect de ses droits et sa dignité. Mais comment peut-on obtenir justice quand celle-ci se trouve du côté des bourreaux?”

 

Il incombera maintenant à l’ “Academy of Motion Picture Arts and Sciences” au sein de l’Académie des Oscars de faire sa short-list des films qui seront en sélection pour l’Oscar du meilleur film étranger.

Face au film tunisien,des dizaines de films venant des 4 coins du monde à l’instar du film marocain “Burnout” du réalisateur de Noureddine Lakhmari, du film algérien “Until the end of time” de Yasmine Chouikh, du film égyptien “Yomeddine” d’Abu Bakr Shawky, placé en bonne position pour figurer dans dans la short-list selon les observateurs.

À ses côtés se trouve le film Turc “The Wild Pear Tree” du réalisateur Nuri Bilge Ceylan ou encore le film suédois “Border” du réalisateur d’origine iranienne Ali Abbasi.

Autant de films qui auront marqué le festival de Cannes cette années, festival qui est réputé pour être la rampe de lancement en vue de l’Oscar du meilleur film étranger.

Sélectionné en dans la section “Un Certain Regard” au Festival de Cannes et en Compétition officielle aux Journées Cinématographiques de Carthage, “La Belle et la meute” a été programmé dans plus de 50 festivals sur 5 continents dans près de 30 pays, et a glané de nombreux prix.

Assurément l’un des meilleurs films tunisiens de ces dernières années, il est l’oeuvre d’une des réalisatrices les plus en vue ces derniers temps: Kaouther Ben Hania.

Elle a réalisé trois longs-métrages, “Le Challat de Tunis”, “Zaineb n’aime pas la neige” et “La Belle et la Meute”. Trois films totalement différents, en plus de quatre court-métrages, mais tous avec une signature identique.

À chaque fois, l’enfant de Sidi Bouzid remue là où tout semble figé, et creuse hors des lieux-communs. Son cinéma est tissé de témoignages sociaux et de portraits intimistes sous un vernis esthétique. Agitatrice, elle réussit à chaque fois à interpeller l’opinion publique.