TUNISIE
11/07/2018 17h:30 CET | Actualisé 11/07/2018 17h:30 CET

La Banque mondiale appelle la Tunisie à accélérer les réformes économiques

Deux conventions pour le financement de deux projets moyennant un budget de 1620 millions de dinars ont été signées entre la Tunisie et la Banque mondiale

Facebook/Ministere du Developpement de lInvestissement et de la Cooperation internationale

Marie Françoise Marie-Nelly, Directrice du Département Maghreb et Malte, Moyen-Orient et Afrique du Nord à la Banque mondiale, a appelé mercredi à la Kasbah, le gouvernement tunisien à accélérer les réformes économiques pour booster l’investissement et créer les emplois, lors d’une déclaration aux médias, lors la cérémonie de signature de deux conventions entre la Banque mondiale et la Tunisie.

La responsable a souligné l’impératif de passer à la vitesse de croisière dans la stimulation de l’investissement en Tunisie et la création de startups, estimant qu’actuellement “on n’est pas au rythme souhaité. Il est impératif d’accélérer le rythme d’investissement pour que la Tunisie soit le chef de file dans la région du Maghreb”. 

Marie Françoise Marie-Nelly a, en outre, signalé que la création d’un fonds d’amorçage en Tunisie comme au Maroc pour booster la création de projets notamment au profit des jeunes diplômés, compte parmi les priorités de la Banque mondiale pour la période à venir. 

Elle a également, relevé l’importance d’engager des réformes pour améliorer la productivité de la société tunisienne d’électricité et du gaz et d’exploiter le taux d’ensoleillement important dont elle dispose pour réduire l’exportation de carburants. 

Par ailleurs, la responsable a précisé que la Banque mondiale a accordé à la Tunisie durant l’année fiscale allant du 1er juillet 2017-30 juin 2018, un montant de 930 millions de dollars, soit environ 2 418 millions de dinars, dont 100 millions de dollars (260 millions de dinars) sous forme de dons. Ces financements concernent des projets dans les secteurs éducatif, agricole, économique et social. 

Marie Françoise Marie-Nelly a, en outre, indiqué que la banque mondiale prévoit un taux de croissance de 2,5%, pour toute l’année 2018 en Tunisie, tout en réaffirmant le soutien de la Banque au processus de transition économique en Tunisie. 

La Banque mondiale octroie un financement de 1620 millions de dinars à la Tunisie

Par ailleurs, deux conventions ont été signées mercredi matin, au palais du gouvernement à la Kasbah, entre Zied Ladhari, ministre du Développement, de l’investissement et de la coopération internationale et Marie Françoise Marie-Nelly pour le financement de deux projets moyennant un budget de 1620 millions de dinars. 

Dans une déclaration aux médias lors de la cérémonie de signature des conventions, Ladhari a précisé que le premier projet d’appui au budget de l’État de 2018, est un prêt de 500 millions de dollars (environ 1300 millions de dinars) en une seule tranche, remboursable sur une période de 28 ans, avec une période de franchise de 5 ans et un taux d’intérêt ne dépassant pas les 1%. Il est destiné à appuyer un important train de réformes en Tunisie, dans le but de stimuler l’investissement privé et la création de débouchés pour les petites entreprises et, parallèlement, de protéger les ménages vulnérables et renforcer la sécurité énergétique.

 

Ce projet soutiendra des mesures concrètes pour simplifier les procédures d’importation et d’exportation, ouvrir de nombreux secteurs à l’investissement, faciliter l’accès des petites entreprises au crédit et aux marchés publics, garantir une couverture sociale aux plus pauvres, renforcer le capital humain et bâtir un secteur de l’énergie plus durable et plus vert.

Selon Ladhari, ce prêt accordé à la Tunisie avec des avantages préférentiels, vise à booster la croissance économique, l’investissement et la création d’emplois par le secteur privé. Ce programme est basé sur trois composantes, à savoir l’élimination des obstacles à l’investissement, le renforcement du rendement du secteur énergétique et de l’inclusion économique et sociale. 

Le deuxième projet est un prêt de 130 millions de dollars (environ 320 millions de dinars), remboursable sur une période de 28 ans, avec une période de franchise de 6 ans et un taux d’intérêt ne dépassant pas le 1%. 

Il s’agit d’un prêt complémentaire dans le cadre du programme de développement urbain et de gouvernance locale financé depuis octobre 2014 par la banque internationale pour la reconstruction et le développement, moyennant un budget de 217 millions d’euros. 

Il a pour principal objectif, de doter les collectivités locales, des capacités nécessaires pour gérer leur propre budget et associer les citoyens aux décisions d’investissement, afin de favoriser le développement économique local. Le prêt permettra de prolonger ce programme de trois ans (jusqu’en 2023), d’élargir le nombre de bénéficiaires à 2,7 millions de Tunisiens, afin de tenir compte de l’expansion des frontières municipales, et de fixer des objectifs plus ambitieux.

Le ministre a souligné que les financements octroyés dans le cadre de ce programme seront utilisés au profit des municipalités pendant la période 2019-2023.

Ce programme, qui sera géré par le ministère des Affaires locales et de l’environnement, comporte trois volets à savoir, la consolidation de l’infrastructure des municipalités, l’amélioration de l’accès aux services municipaux dans les quartiers populaires et le renforcement des compétences pour développer l’aspect institutionnel et la reddition des comptes des collectivités locales. 

Le conseil d’administration de la Banque mondiale avait approuvé en juin dernier à Washington les deux financements signés ce mercredi à Tunis et qui devront être adoptés par l’Assemblée des représentants du peuple (ARP). 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.