12/02/2019 15h:25 CET | Actualisé 12/02/2019 15h:25 CET

La BAD accorde un prêt de 96,6 millions de dollars au Maroc pour améliorer l’accès à l’emploi

Le ministre de l'Économie table sur la création de 100.000 emplois supplémentaires par an.

Thomas Barwick via Getty Images

ÉCONOMIE - Le Maroc et la Banque africaine de développement (BAD) ont signé, mardi 12 février à Rabat, un accord de prêt pour le financement du programme d’amélioration de l’accès à l’emploi, portant sur un montant de 96,6 millions de dollars (soit environ 923 millions de dirhams).

Paraphé par le ministre de l’Économie et des Finances, Mohamed Benchaaboun, et la représentante résidente de la Banque africaine de développement (BAD) au Maroc, Leila Farah Mokaddem, en présence du ministre du Travail et de l’Insertion professionnelle, Mohamed Yatim, cet accord “vise à contribuer à l’amélioration des conditions de vie de la population à travers un accès inclusif à l’emploi et au développement des compétences”, souligne le ministère de l’Economie dans un communiqué. 

Le programme, qui vient en appui aux stratégies nationales de l’emploi et de la formation professionnelle ainsi qu’au plan national de promotion de l’emploi, a pour objectifs de faciliter l’accès à l’emploi des jeunes et des femmes et à améliorer la qualité de l’emploi dans les régions.

100.000 emplois annuels supplémentaires

S’exprimant à cette occasion, Mohamed Benchaaboun a annoncé que ce programme, qui s’étend sur la période 2019-2021, vise essentiellement la création d’environ 100.000 emplois par an, outre l’accompagnement de 111.000 bénéficiaires de la formation qualifiante, dont 50% de filles.

Pour sa part, la représentante résidente de la BAD au Maroc a indiqué que ce programme, qui se base sur l’utilisation d’un instrument de financement axé sur les résultats et la performance, est une première dans un pays à revenu intermédiaire. Elle a également relevé que le Maroc, “un partenaire de long terme” de la BAD, est son premier client avec un portefeuille d’environ 3 milliards d’euros, a-t-elle indiqué.

Cette annonce intervient quelques jours après la publication des chiffres du chômage au Maroc. En 2018, le taux de chômage a connu une légère baisse. Il est passé de 10,2% en 2017 à 9,8% l’année dernière, selon une note d’information du Haut-Commissariat au Plan (HCP). 112.000 postes d’emploi ont été créés, 91.000 en milieu urbain et 21.000 en milieu rural, contre 86.000 un an auparavant. 

Le milieu urbain est cependant davantage touché par le chômage: le taux de chômage s’élève à 14,2% contre 3,5% en milieu rural. Les taux de chômage les plus élevés sont relevés parmi les femmes avec 14% (contre 8,4% parmi les hommes), les diplômés avec 17,1% (contre 3,5% parmi les personnes n’ayant aucun diplôme), et les jeunes âgés de 15 à 24 ans avec 26%.