ALGÉRIE
10/11/2019 13h:14 CET

L’Iran annonce la découverte d’un gisement de pétrole de 53 milliards de barils

Cette découverte augmenterait du tiers les réserves de pétrole iraniennes. Elle multiplierait presque par huit les quantités de pétrole et de gaz découvertes dans le monde en 2019. Celles-ci, jusque-là, ne dépassaient pas 7,7 milliards de barils équivalent pétrole (BEP).

Reuters
A gas flare on an oil production platform in the Soroush oil fields is seen alongside an Iranian flag in the Persian Gulf

L’Iran a découvert un immense gisement de pétrole susceptible d’augmenter d’un tiers ses réserves prouvées, rapporte Agence France Presse (AFP), citant un discours du président iranien Hassan Rohani.

Les réserves contenues dans ce gisement, d’une profondeur de 80 mètres, atteignent 53 milliards de barils de pétrole, a précisé Hassan Rohani qualifiant l’annonce de la découverte de “petit cadeau au peuple d’Iran”.

Le gisement, a encore ajouté le président iranien, été découvert dans le Khouzestan (Sud-ouest) et s’étend “de Bostan à Omidiyeh”, deux villes de cette province, totalisant ainsi une surface globale de 2.400 km2.

L’importance de cette découverte se mesure à son annonce par le chef de l’Etat iranien en personne, dans un discours retransmis par la télévision gouvernementale.

Selon l’AFP, qui cite le “Bilan statistique de l’énergie mondiale” publié annuellement par le groupe britannique British Petroleum (BP), l’Iran dispose des quatrièmes réserves mondiales prouvées de pétrole, après le Venezuela, l’Arabie Saoudite et le Canada.

 Augmentation spectaculaire des quantités découvertes en 2019

 Le magazine économique Les Echos faisait remarquer il y a moins d’un mois que les découvertes de nouvelles réserves de pétrole et de gaz dans le monde avaient atteint de 20017 à 2019 “leur niveau le plus bas depuis la fin de la Seconde guerre mondiale” et qu’elles n’avaient totalisé que 7,7 milliards de barils équivalent pétrole (BEP) au cours des neuf premiers mois de 2019.

Avec cette gigantesque découverte iranienne, ce chiffre médiocre sera multiplié par presque huit et les quantités qui auront été découvertes en 2019 équivaudront à l’ensemble des découvertes réalisées depuis 2015.

Avec la dénonciation par Washington de l’accord sur le nucléaire iranien et le rétablissement des sanctions économiques contre l’Iran, ce pays est confronté à une importante baisse de ses revenus extérieurs due aux difficultés qu’il éprouve à commercialiser les hydrocarbures qu’il produit.

Avant le rétablissement des sanctions américaines en août 2018, l’Iran exportait quelque 2,5 millions de barils de pétrole par jour.