ALGÉRIE
23/09/2019 08h:18 CET | Actualisé 23/09/2019 08h:22 CET

L’inexorable levée de l’immunité parlementaire de Tliba qui se présente comme une “victime” de la 3issaba

Huffpost MG
le député Tliba

Le député FLN Baha Eddine Tliba qui a refusé de renoncer volontairement à son immunité parlementaire et qui a accusé les “relais de la Issaba” de le diffamer sera définitivement fixé mercredi. Le bureau de l’Assemblée populaire nationale (apn) a effet décidé la tenue d’une session de l’assemblée, mercredi prochain, pour se prononcer sur la demande du ministre de la justice de levée de son immunité parlementaire ainsi que celle de Smail Benhamadi, député RND de Bordj Bou Arreridj.

Un communiqué de l’APN indique que le bureau de l’assemblée après avoir “pris connaissance du rapport de la commission juridique, administrative et des libertés au sujet de la demande de levée parlementaire des députés Baha Eddine Tliba et Smail Benhamadi” a décidé de tenir à cet effet une session “ le mercredi 25 septembre courant à 10 heures”.

 

APN.dz
Communiqué de l'APN

Le très controversé Baha Eddine Tliba a adressé, dimanche, un communiqué à la presse apportant ce qu’il appelle des “précisions” au sujet de son refus de renoncer à son immunité parlementaire car, dit-il,  il n’est qu’une “victime” et le “dénonciateur” des fils de l’ancien SG du FLN, Djamel Ould Abbes. 

Tliba indique avoir été convoqué le 4 septembre dernier par le juge d’instruction près le tribunal de Chéraga pour être entendu en qualité de témoin au sujet de sa plainte déposée en 2017 contre les fils de l’ex-SG du fln Ould Abbès, Mehdi et Louafi. Le député et homme d’affaire affirme que les enfants de Ould Abbes ont exigé de lui la somme de 7 milliards de centimes pour être tête de liste à Annaba aux législatives de 2017 et qu’il en avait informé les services de sécurité. 

Les auteurs du chantage,indique Tliba, ont été pris en flagrant délit dans leur chalet au club des pins “en possession de sommes considérables en dinars et en devises” ainsi que des dossiers de candidatures de nombreuses personnes également “objet de leur chantage”.

Les deux fils de Ould Abbes ont fui à l’étranger avant de revenir au pays après l’intervention “efficace”, selon lui, de l’ex-SG du FLN pour étouffer l’affaire qui n’a été relancée qu’en juin 2019. Tliba affirme qu’il n’est qu’une victime et qu’il fait l’objet d’une campagne de  “diffamation” et de “harcèlement” de la part des relais de la “Issaba” (la bande). Tliba dit ne pas comprendre qu’on demande la levée de son immunité parlementaire alors qu’il est le “plaignant”, celui qui “a collaboré avec la police judiciaire”.

La référence de Tliba à la “3issaba” fait sourire les observateurs qui rappellent qu’il a été le premier à lancer publiquement un appel à un cinquième mandat de Bouteflika.