ALGÉRIE
17/09/2019 15h:41 CET

L’avant-première du film "Papicha" annulée pour des raisons inconnues

Bertrand Rindoff Petroff via Getty Images
ANGOULEME, FRANCE - AUGUST 25: Awarded of three Valois for "Papicha", (L-R) Shirine Boutella, Mounia Meddour, Lyna Khoudri and Zahra Doumandji attend the Closing Ceremony of the 12th Angouleme French-Speaking Film Festival, Tribute to Luxembourger cinema : Day Six on August 25, 2019 in Angouleme, France. (Photo by Bertrand Rindoff Petroff/Getty Images)

L’avant-première du film “Papicha” de Mounia Meddour, qui était prévue le samedi 21 septembre 2019 à la salle Ibn Zeydoun à Alger, est annulée. “Momentanément annulée”, selon l’Office Riad El Feth qui annonce la nouvelle sur sa page Facebook. Contacté par Huffpost Algérie, Redha Talmat-Amar, directeur du Centre algérien du développement du cinéma (CADC), coproducteur du long métrage, confirme l’annulation de la projection de presse et de l’avant-première, sans autre détail. Belkacem Hadjadj, autre coproducteur algérien du film, se dit étonné de l’annulation de la projection. “J’ai appris la nouvelle par la rumeur. Personne n’a pu me donner d’explication. J’ai demandé à rencontrer le secrétaire général du ministère de la Culture, il ne m’a pas reçu. J’ai envoyé un courrier au ministre de la Communication (qui assure l’intérim du ministère de la Culture) pour attirer son attention sur la situation, car cela risque d’avoir des retombées négatives sur le plan médiatique. Je n’ai pas reçu de réponse pour le moment. Dois-je considérer cela comme de la censure ? Or, ce film a déjà reçu son visa d’exploitation en Algérie. Je ne comprends pas donc. Il y a comme une interdiction que personne ne veut assumer ”, déclare au HuffPost Algérie Belkacem Hadjadj, cinéaste et directeur de la société Tayda Film.

 

“Papicha” proposé aux Oscars au nom de l’Algérie

Il rappelle que “Papicha” est déjà sorti dans des festivals à l’étranger, notamment au dernier Festival de Cannes, en mai 2019, où il a été sélectionné dans la section “Un certain regard”, et au festival du film francophone d’Angoulême où il a décroché trois prix. “Papicha” a été retenu, début juillet 2019, par le Comité algérien de sélection aux Oscars pour représenter l’Algérie aux Oscars 2020 pour le meilleur film international. “Si jamais, on nous empêche de faire l’avant-première maintenant et de le sortir pendant au moins une semaine dans les salles en Algérie avant le 30 septembre 2019, nous allons avoir des problèmes. C’est l’une des conditions pour que le film puisse participer à la course aux Oscars. La décision d’annulation de l’avant-première va complètement saboter la participation algérienne aux Oscars”, prévient Belkacem Hadjadj.

La sortie internationale de “Papicha”, une coproduction entre l’Algérie, la France, la Belgique et le Qatar, est prévue en octobre prochain notamment en France, en Belgique, au Brésil, en Colombie et en Espagne. “Papicha” est le premier long métrage de Mounia Meddour, fille du réalisateur Azzeddine Meddour (décédé en 2000). Il raconte l’histoire de Nedjma (Lyna Khoudri), étudiante habitant une cité universitaire, qui, dans les années 1990, rêve de devenir styliste. Avec ses camarades, elle quitte le soir la cité pour vendre des créations dans des lieux branchés d’Alger. Elle tente de vivre dans un pays livré aux violences et projette d’organiser un défilé de mode comme une forme de résistance au fanatisme.