LES BLOGS
13/06/2017 21h:33 CET | Actualisé 13/06/2017 21h:33 CET

Kobbet el Haoua: Un trésor en danger

Seulement, la magnificence du monument a aussi attiré des vandales et des personnes ignorantes de l'importance du patrimoine. Aujourd'hui on peut voir les dentelles de plâtres et les colonnes de marbre recouvertes de graffitis de mauvais goût et d'inscriptions au feutre. Un patrimoine d'une valeur inestimable marqué à jamais par la bêtise. Aurait-il tant coûté de prendre des mesures de précaution contre ce genre de délit?

Depuis le début de 20ème siècle, Kobbet el Haoua règne majestueusement sur la colline du Belvédère. Bâti au 17ème siècle et faisant originellement partie du palais de Ksar El Ward à la Manouba, ce pavillon est l'un des plus beaux de la Tunisie.

Captivant la finesse architecturale arabo-andalouse et la beauté d'une culture qui se perd, la Kobba est aujourd'hui l'hôte d'événements en tous genre. Ses arcs, ses colonnes et ses céramiques attirent les familles et les amoureux pour se reposer après une balade au Belvédère et profiter de la vue imprenable de la colline.

Seulement, la magnificence du monument a aussi attiré des vandales et des personnes ignorantes de l'importance du patrimoine. Aujourd'hui on peut voir les dentelles de plâtres et les colonnes de marbre recouvertes de graffitis de mauvais goût et d'inscriptions au feutre. Un patrimoine d'une valeur inestimable marqué à jamais par la bêtise. Aurait-il tant coûté de prendre des mesures de précaution contre ce genre de délit?

Ne l'oublions pas, ce sont les français qui, au temps du protectorat, ont rénové le monument alors en ruine. Les Tunisiens ont ils donc oublié de perpétrer cet acte? Attendent-ils une autre autorité étrangère pour le faire? Car en outre les marques de vandalisme, le pavillon qui jadis abritait les monarques husseinites, se délabre. On peut observer des trous dans les voûtes et dans les murs, ainsi que l'effritement du plâtre.

La municipalité fait des efforts, on l'en remercie. Mais il y a des failles périlleuses pour l'avenir du patrimoine.

Une solution pourrait être d'établir un système de garde pour la Kobba et essayer de réparer le mal qui a été fait et faire des rénovations régulières.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.