ALGÉRIE
22/11/2018 11h:29 CET

Khashoggi: ceux qui sont "vraiment responsables" doivent "rendre des comptes" (Mogherini)

Anadolu Agency via Getty Images

L’Union européenne a estimé jeudi que ceux qui sont “vraiment responsables” du meurtre du journaliste saoudien Jamal Khashoggi dans le consulat de son pays à Istanbul le mois dernier doivent “rendre des comptes”.

“Ceux qui sont responsables, vraiment responsables, de ce terrible meurtre doivent rendre des comptes”, a déclaré la cheffe de la diplomatie européenne Federica Mogherini lors d’une conférence de presse à Ankara avec le ministre turc des Affaires étrangères Mevlüt Cavusoglu.

 

Jamal Khashoggi, un éditorialiste critique de Ryad qui écrivait notamment pour le Washington Post, a été tué le 2 octobre dans le consulat général d’Arabie saoudite à Istanbul où il s’était rendu pour des raisons administratives.

Ce meurtre a provoqué une onde de choc mondiale et considérablement terni l’image de l’Arabie saoudite, notamment du prince héritier Mohammed ben Salmane, accusé par la presse et des responsables turcs d’avoir donné l’ordre de tuer Khashoggi.

La justice saoudienne a annoncé la semaine dernière qu’elle allait demander la peine de mort contre cinq personnes accusées d’avoir pris part au meurtre.

“Pour nous, demander des comptes n’est pas synonyme de vengeance”, a déclaré Mme Mogherini. “Nous avons toujours été opposés, par exemple, à l’application de la peine de mort. Mais nous attendons (...) une enquête complète, transparente et juste”, a-t-elle ajouté.

Alors que le corps de Khashoggi n’a toujours pas été retrouvé plus d’un mois et demi après le meurtre, le chef de la diplomatie turque a mis en doute la volonté des autorités saoudiennes de coopérer avec la justice turque pour résoudre cette affaire.

“Nous avons constamment accepté les propositions de collaboration avec l’Arabie saoudite. Cependant, si leur objectif est seulement de prendre nos informations et de refermer ce dossier, alors ce n’est pas correct”, a déclaré M. Cavusoglu.

“A ce jour, nous n’avons pu obtenir aucun élément de la part du procureur général saoudien”, a-t-il dénoncé, appelant une nouvelle fois à “mettre au jour les vraies responsabilités” dans le meurtre.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé que l’ordre de tuer Khashoggi émanait des “plus hauts niveaux” de l’Etat saoudien, tout en soulignant qu’il ne croyait pas à une quelconque responsabilité du roi Salmane.

Les observateurs y ont vu une accusation indirecte visant le prince héritier “MBS”, même si Ankara s’est gardé jusque-là de le faire ouvertement.