MAROC
09/10/2018 12h:22 CET

Keira Knightley critique Kate Middleton et ses apparitions "pimpantes" après chaque accouchement

L'actrice anglaise, également maman, n'a pas mâché ses mots.

Axelle/Bauer-Griffin via Getty Images

GROSSESSE - À l’heure où la tendance est à l’acceptation de son corps tel qu’il est, Keira Knightley a tenu à pousser un coup de gueule dans un essai collectif intitulé Feminists Don’t Wear Pink (Les féministes ne portent pas du rose) sorti le 4 octobre dernier.

Dans le chapitre qu’elle écrit, “Le sexe faible”, l’actrice revient sur les différentes apparitions de Kate Middleton après ses accouchements et notamment celle après la naissance de son deuxième enfant, sa fille Charlotte.

Ce 2 mai 2015, quelques heures à peine après avoir accouché, la duchesse de Cambridge a fait une apparition toute pimpante dans une robe blanche tachetée de fleurs jaunes. En talon, le brushing impeccable et maquillée pour l’occasion, l’épouse du prince William n’a pas l’air d’avoir accouché quelques heures plus tôt et pourtant.

SUZANNE PLUNKETT / REUTERS

Pendant ce temps là, l’actrice Keira Knightley se remet doucement de son accouchement vécu la veille et assiste ébahie à ce spectacle mondial. “Devant la télé, on la voit sortir de l’hôpital seulement 7 heures après avoir accouché, maquillée et en talons. L’image que le monde veut voir. Cache. Cache notre douleur, nos corps mutilés, nos poitrines débordantes de lait, nos hormones enragées. Ais l’air belle, stylée, sept heures après ton combat entre la vie et la mort, sept heures après la déchirure de ton corps, et qu’une petite vie sanglante et criante a fait son apparition. Ne montre pas notre combat Kate. Ne montre pas, ne dis rien. Tiens toi là, avec ta fille, prête à être immortalisée par une foule de photographes masculins”, déplore l’interprète de Colette.

Pour rendre son propos encore plus percutant la comédienne a raconté son accouchement afin de montrer l’immense fossé qui la sépare -en apparence- de la duchesse de Cambridge.

“Mon vagin s’est fractionné. Tu es sortie les yeux ouvert et les bras tendus vers moi en criant. Ils t’ont posée sur moi, couverte de sang et de vernix, ta tête toute déformée après être sortie de mon ventre. Battante, haletante, criante. Tu t’es accrochée à ma poitrine instantanément, affamée. Je me souviens de la douleur. Ta bouche accrochée à mon téton pour sucer le lait. Je me souviens du vomis, du sang, des points de suture. Je me souviens de ce champ de bataille. Ton champ de bataille et ta vie palpitante. Survivante. Suis-je le sexe faible?”, s’interroge l’actrice en conclusion de son écrit.

Cet article a initialement été publié par le HuffPost France