ALGÉRIE
07/03/2019 17h:03 CET | Actualisé 07/03/2019 20h:05 CET

Karim Tabou quitte une réunion de l'opposition et fustige: "Ils font comme si nous avions une constitution"

L’ancien premier secrétaire du FFS, Karim Tabou, a quitté jeudi 7 mars une réunion de l’opposition à Alger et a fustigé l’initiative, affirmant que les présents “ne s’inscrivent pas dans le moment de la rue”. 

Des partis de l’opposition et des personnalités politiques étaient réunies au siège du parti Talaie El Hurriyet de Ali Benflis pour appeler le conseil constitutionnel à rejeter le dossier de candidature de Abdelaziz Bouteflika et d’appliquer l’article 102 de la constitution (empêchement). 

“Ils font comme si nous avions réellement une constitution et que nous étions dans une situation normale”, a lancé aux journalistes M. Tabou, actuellement président de l’Union démocratique et sociale (UDS) 

“La rue a mis la barre des exigences très haut. Elle demande un changement réel”, a-t-il estimer. Et d’ajouter: “Certains sont dans les calculs politiques et le positionnement avec les mêmes méthodes du pouvoir”.

Parmi les présents à la rencontre, il y avait notamment les anciens chefs du gouvernement Sid Ahmed Ghezali, Ali Benflis et Ahmed Benbitour, ainsi que Louiza Hanoune et d’autres personnages politiques. 

“Je ne suis pas venu ici pour écouter Ghezali et les gens qui ont massacré ce pays. Je ne veux pas assister à cette rencontre”, a indiqué M. Tabou.