ALGÉRIE
09/10/2019 12h:54 CET | Actualisé 09/10/2019 12h:54 CET

Karim Tabbou est placé en isolement "depuis sa mise en détention provisoire"

Huffpost MG
Karim Tabbou

Karim Tabbou, coordinateur national du parti non-agréé de l’Union démocratique et sociale (UDS), est “placé en isolement” depuis sa mise en détention provisoire à la prison Kolea par le tribunal de Sidi M’Hamed, a fait savoir l’un de ses avocats, Me. Mostefa Bouchachi, confirmant une information publiée ce mercredi 09 octobre 2019 par le quotidien El Watan.

Interrogé par le même journal, Me. Aïssa Rahmoune a expliqué que “la procédure judiciaire veut que Karim Tabbou soit placé avec les autres détenus dès lors qu’il y a présomption d’innocence”. Selon le règlement pénitentiaire, “on n’isole pas quelqu’un qui n’est pas encore jugé. Lorsque l’on met quelqu’un en isolement dans ce genre de procès, on assimile cela à une première peine, il s’agit d’une condamnation qui ne dit pas son nom”, a-t-il déclaré.

Interrogé par le HuffPost Algérie, Me. Mostefa Bouchachi a qualifié cette mesure de “punition”. Il a fait savoir que l’ex-SG du FFS est “placé en isolement depuis sa mise en détention provisoire” par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed, suite à son interpellation une seconde fois.

Il estime que son placement en isolement, “anormal”, a pour but “de porter atteinte à son moral”. “Nous ignorons pour quelles raisons il a été placé en isolement. Nous n’avons aucune idée précise. Le code pénitentiaire ne prévoit pas une mise en isolement pour un détenu en détention provisoire, en attente de son jugement”. 

Me. Rahmoune, relayé par El Watan, a rajouté que Karim Tabbou “est dans une  cellule au rez-de-chaussée. Un couloir que fréquentent les condamnés à la peine capitale. Ces derniers sont pour la plupart dépressifs. Ils crient et font un bruit insupportable. Les lumières sont allumées jour et nuit. Il est interdit de communiquer avec les autres détenus, même lorsqu’ils sortent dans la cour”.

Dans un post Facebook, il a fait savoir que le coordinateur national de l’UDS “garde un moral d’acier”.

La chambre d’accusation de la Cour d’Alger étudiera aujourd’hui, 9 octobre 2019, un appel introduit sur la décision du juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed de placer Karim Tabbou en détention provisoire. 

Le collectif de défense a annoncé sa décision de boycotter la chambre d’accusation. Dans un post Facebook, Mostefa Bouchachi a fait savoir que “la défense est convaincue qu’il est inutile de plaider devant la cour, qui a appuyé les précédentes décisions de mises en détention provisoire contre tous les détenus d’opinion”.

Remis en liberté mercredi 25 septembre 2019 par le tribunal de Tipaza, l’ex-SG du FFS a été de nouveau interpellé le lendemain matin, à peine 14H plus tard. Il a été arrêté vers 08H30 du matin par des éléments des forces de la sécurité en tenue civile. 

Il a été placé en détention provisoire par le juge d’instruction près le tribunal de Sidi M’Hamed lors du 32e vendredi. Il est accusé “d’atteinte à l’intégrité du territoire national” et “incitation à attroupement”.