ALGÉRIE
11/08/2018 10h:29 CET

Karaté-Do: des quintuples championnes d'Afrique ... écartées des prochains championnats

Capture decran

On ne change pas une équipe qui gagne. L’expression est célèbre. Pourtant, la Fédération algérienne de Karaté (FAK) décide de l’ignorer en écartant une équipe féminine 5 fois championne d’Afrique des Championnats continentaux prévus du 27 août au 3 septembre prochain à Kigali (Rwanda).

Trois athlètes de l’équipe nationale féminine de karaté, Kamilia Hadj Saïd, Selma Bedja et Mouloud Yasmine, ont dénoncé vendredi 10 août 2018 leur mise en écart des prochains championnats.

Dans une vidéo postée sur les réseaux sociaux, ils ont qualifié cette mise en écart d’injustice, étant, de leurs avis, les plus qualifiées pour défendre les couleurs nationales lors de cette compétition.

Dans cette vidéo, Selma Bedja était la première à s’exprimer. Elle a rappelé que son équipe a été cinq fois consécutives championne d’Afrique (spécialité kata). “Cette année, on n’ira pas défendre notre titre”, a-t-elle regretté.

 Kamilia Hadj Saïd a de son côté expliqué que “l’équipe sélectionnée pour prendre part aux championnats partir à Kigali est l’équipe B”. Une décision “bizarre” et “anormale” de son avis, car la sélection des participants aux championnats d’Afrique passe d’abord par les championnats nationaux, que ces karatékas ont justement dominé.

“Pourquoi, dans certaines catégories, on envoie les champions d’Algérie et dans d’autres non ?”, s’interroge-t-elle.

La troisième athlète à prendre la parole, Mouloud Yasmine, a déclaré que cette équipe n’a reçu aucune explication convaincante. 

Et les explications du président de la FAK, Slimane Mesdoui, ne devraient pas non plus les convaincre. La Fédération, réagissant à cette vidéo, a d’abord tenu à défendre la décision de la Direction technique dans ses choix.

“L’Algérie participera à ce rendez-vous avec ses meilleurs athlètes, dans les spécialités kata et kumité, et ce, afin de garantir une participation à la hauteur des attentes et en adéquation avec la stratégie de la Fédération et les objectifs tracés sur les moyen et long termes”, a signalé la FAK dans un communiqué.

Interrogé par la suite à propos de la mise en écart de ces championnes, Slimane Mesdoui a confirmé que la Direction technique a décidé de sélectionner les participants ayant décroché les deuxième et troisième places.

Il a reconnu que les athlètes écartées “dominent l’Afrique depuis une dizaine d’années” mais a tenté d’expliqué leur non-sélection par l’ambition de la fédération ... “d’atteindre le niveau mondial et olympique”... sans ses quintuples championnes d’Afrique.

kamilia Hadj Saïd expliquait que cette mise en écart pourrait la priver elle et ses camarades de points précieux pour la qualification aux prochains Jeux Olympiques.