MAROC
26/08/2018 17h:10 CET

#JusticePourKhadija: La toile se mobilise pour soutenir la jeune fille violée et torturée par un gang d'hommes

Une pétition adressée au roi Mohammed VI circule sur les réseaux.

SOUTIEN - L’histoire a fait le tour des réseaux sociaux depuis la semaine dernière et les manifestations de soutien se multiplient pour Khadija, 17 ans, victime d’un viol collectif et de tortures physiques par un gang d’une dizaine d’hommes près de Beni Mellal.

Sur Twitter et Facebook, le hashtag #JusticePourKhadija a été partagé des centaines de fois pour dénoncer les actes barbares dont elle a été victime et une pétition adressée au roi Mohammed VI, signée par près de 6000 personnes, demande l’aide du monarque et des pouvoirs publics pour rendre à Khadija sa dignité.

La jeune fille a été interviewée à visage couvert par Chouf TV à qui elle a raconté l’enfer qu’elle a vécu. Ses ravisseurs l’ont violée, torturée, coupée à l’aide d’objets tranchants et tatouée de diverses sortes de symboles, dessins et insultes, dont une croix gammée. Ils ont également brûlé sa peau avec des mégots de cigarettes, comme l’attestent plusieurs photos diffusées sur les réseaux sociaux.

Sur Facebook, le tatoueur tunisien Wachem “Fawez le tatoueur” a annoncé samedi avoir réussi à contacter le père de Khadija afin de la faire venir en Tunisie et trouver une solution pour lui retirer les tatouages infligés par ses bourreaux.

“Elle est mal en point physiquement et complètement traumatisée, nous essayons de trouver une solution pour la faire venir car la famille est très pauvre et vit dans un coin reculé au Maroc” écrit-il, précisant que d’après le père, une entrevue est prévue avec un juge jeudi prochain “pour essayer de trouver une solution”, écrit le tatoueur. 

Le texte est accompagné d’un dessin signé “NAD ART”, qui a largement été relayé sur les réseaux sociaux afin de mobiliser davantage de monde sur cette histoire:

D’autres internautes implorent le roi et la justice marocaine d’agir et punir les coupables:

L’artiste Zakaria Tmalah a par ailleurs publié une image où l’on voit la main mutilée et tatouée de Khadija, à côté d’une main couverte de tatouages traditionnels au henné, les deux posées sur un drap troué au milieu et tâché de sang. Une image symbolique également diffusée par de nombreux internautes marocains.