MAGHREB
15/12/2015 05h:40 CET | Actualisé 15/12/2015 16h:19 CET

Cinquante-quatre journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015

ASSOCIATED PRESS
An Egyptian journalist holds posters calling for the release of photojournalists Mohammad al-Batawi, right, and Mahmoud Abou-Zeid, known as Shawkan, in front of the Syndicate of Journalists building in Cairo, Egypt, Wednesday, Dec. 9, 2015. Shawkan was arrested in August 2013 while taking photographs of the government’s violent dispersal of a sit-in by supporters of ousted Islamist President Mohammed Morsi and has spent over 800 days locked up without charges. (AP Photo/Amr Nabil)

Cinquante-quatre journalistes sont retenus en otage dans le monde à fin 2015, un nombre en hausse par rapport à 2014 où ils étaient 40, mais il y a eu moins d'enlèvements que l'an dernier, selon un bilan annuel de RSF.

Ce bilan ne comprend pas le nombre de journalistes tués cette année qui sera annoncé par l'ONG à la fin du mois de décembre.

L'augmentation du nombre de journalistes retenus en otage (54 dont une femme) est liée à l'explosion des enlèvements de journalistes au Yémen cette année, explique RSF.

La Syrie compte pour sa part le plus grand nombre de journalistes retenus en otages par des groupes non étatiques (26). A lui seul, le groupe Etat islamique détient 18 d'entre eux, principalement en Syrie et en Irak, souligne l'ONG.

"Dans certaines zones de conflits, une véritable industrie des otages s'est développée", regrette Christophe Deloire, le secrétaire général de RSF cité un communiqué.

Le nombre de journalistes incarcérés à ce jour (153) a en revanche diminué par rapport à l'an passé (-14%), tout comme le nombre de journalistes enlevés (79 enlèvements, soit une baisse de 34% par rapport à 2014).

"La Chine, l'Egypte, l'Iran et l'Erythrée demeurent parmi les plus grandes prisons du monde pour les journalistes", détaille RSF.

L'ONG explique la baisse des enlèvements par l'accalmie en Ukraine, qui concentrait le plus d'enlèvements de journalistes l'an dernier et qui n'enregistre aucun rapt en 2015.

En 2015, huit journalistes ont été portés disparus, selon les données de RSF, qui explique qu'un journaliste est considéré comme disparu "quand il n'y a pas suffisamment d'éléments pour déterminer qu'il a été victime d'un homicide ou d'un enlèvement, et qu'aucune revendication crédible n'a été diffusée".

C'est la région Moyen-Orient-Afrique du Nord qui totalise le plus grand nombre de disparitions de journalistes.

Pour RSF, "l'incertitude qui plane sur le sort des disparus constitue une arme redoutable de dissuasion envers ceux qui souhaiteraient se rendre en mission dans des zones à risques".

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.