MAROC
29/04/2019 16h:43 CET | Actualisé 29/04/2019 16h:43 CET

Jidar, le festival de street art qui colore Rabat (VIDÉO)

Cette 5ème édition s'est déroulée du 22 au 28 avril.

Zakaria Latouri/Jidar 2019

ART - Depuis cinq ans, les murs et les façades de Rabat se parent de fresques immenses grâce au festival “Jidar, Toiles de rue”, au point de donner à la capitale du Maroc une vraie réputation dans le monde du street art. Cette cinquième édition du festival, qui s’est déroulée du 22 au 28 avril 2019, a réuni des artistes venus des quatre coins du monde qui se distinguent chacun par son style et son univers.

Parmi ces mordus du street art on a rencontré Danaé, une artiste canadienne spécialisée dans le domaine des fresques murales, des illustrations, et de la création de masques et de marionnettes. Cette dernière a veillé sur la création du mur collectif du Complexe Moulay El Hassan, qui a réuni 9 jeunes artistes semi-professionnels. Le mur vierge de 100 mètres de long et de 4 mètres de haut a pris vie grâce à ces artistes.

“On est neuf artistes, chacun dessine son croquis. C’est très important pour moi que chacun dessine quelque chose qui va avec sa ligne artistique, pour garder son style et pour que ça puisse lui servir plus tard comme portfolio. Je suis venue ici les aider à transformer leur croquis en quelque chose de plus grand” nous explique Danaé en mélangeant sa peinture.

“Chacun a choisi une thématique, moi je viens les placer pour que ça donne du sens. Au début, on a une personne qui tire une espèce de voile avec un village dessus, après on arrive dans une rivière où il y a des crapauds sur des têtes, puis des serpents aquatiques. On a choisi de rester sur le thème de l’eau en général. Après, il y a des nuages et une femme en train de penser. Ce sont des dessins qui peuvent être interprétés de différentes manières” ajoute-t-elle.

Cette année, le festival a choisi comme thème l’enfance, en tant qu’état d’esprit. Au total, 11 murs dispersés dans la capitale ont été peints dont la façade du Musée Mohammed VI d’art moderne et contemporain (MMVI) de Rabat.

Lancé en 2015 par la Fondation nationale des musées et l’association EAC-L’Boulvart, le festival “Jidar, Toiles de rue” s’est peu à peu imposé dans le paysage urbain de Rabat, où plusieurs vingtaines de murs sont désormais recouverts de fresques réalisées par des street-artistes du monde entier.

En janvier 2017, la capitale marocaine figurait dans la liste des meilleures villes pour les graffeurs contemporains selon le magazine spécialisé Artsy, aux côtés de Los Angeles, Buenos Aires, Lisbonne, Hong Kong et Melbourne. “Les pièces exposées forment un fascinant mélange de styles et de cultures. La géométrie et les éléments calligraphiques de l’art islamique traditionnel sont bien représentés aux côtés d’œuvres figuratives surréalistes”, notait Artsy.

“Nous sommes très heureux que Rabat apparaisse dans ce classement. C’était en effet une promesse que l’on avait faite lors de la première édition de Jidar: placer Rabat dans le réseau mondial des villes propices au street art”, nous confiait Salah Malouli, directeur artistique du festival. “Le plus important, c’est que les artistes repartent heureux et en parlent autour d’eux”, estimait-il.