TUNISIE
25/06/2018 15h:38 CET | Actualisé 25/06/2018 16h:28 CET

Jeux Méditerranéens 2018: Trois sportifs tunisiens prennent la fuite et immigrent clandestinement

Ils auront préféré l’aventure de l’immigration clandestine à la compétition sportive.

Dale Reubin via Getty Images

La dix-huitième édition des Jeux Méditerranéens, Tarragona-2018, qui se déroule du 22 juin au 1er juillet avec la participation annoncée de 3622 athlètes dans 30 disciplines a été marquée par l’immigration clandestine de 3 sportifs de la délégation tunisienne.


Ils auront préféré l’aventure de l’immigration clandestine à la compétition sportive.

Deux haltérophiles ont été les premiers à quitter la délégation une fois à l’aéroport de Barcelone faussant compagnie au reste du groupe, a indiqué à l’agence TAP Sami Koussaier, directeur du sport d’élite au ministère de la Jeunesse et des sports.

S’est joint à eux un jeune gymnaste, dimanche. Il a attendu la session d’échauffement avant la compétition officielle pour quitter la délégation tunisienne.

Le directeur du sport d’élite explique

Sami Koussaier, directeur du sport d’élite a déclaré à la TAP, à ce propos, que la délégation a été surprise par le départ du gymnaste Wissem Herzi.

“Wissem était en train de faire les échauffements nécessaires pour participer à la compétition officielle avant sa fuite” selon ses dires. Le directeur du sport d’élite a précisé que le gymnaste a demandé la permission auprès de son entraîneur pour prendre quelques minutes de pause et qu’à partir de ce moment ils ont remarqué sa disparition, avant d’ajouter que le sportif n’avait pas son passeport avec lui et que les responsables de la délégation tunisienne ne savent pas comment il a fait pour l’avoir.

Évoquant le sujet de la fugue des deux haltérophiles, Sami Koussaier a indiqué qu’ils se sont enfuits lors de l’arrivée du bus qui devait les transporter de Barcelone à Tarragona, en soulignant que l’entraîneur en charge n’a pas suivi les procédures nécessaires par rapport aux passeports, ce qui a facilité leur fuite.

Il a, également, indiqué que le contrôle des sportifs est très difficile surtout qu’ils choisissent très bien le moment de leur “fuite”.

Débutés vendredi, les Jeux Méditerranéens ont déjà vu la Tunisie remporté une première médaille d’or oeuvre de l’escrimeuse tunisienne Ines Boubakri en battant, dimanche, en finale l’italienne Valentina De Costanzo (15-11) à l’épreuve du fleuret.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.