LES BLOGS
20/09/2019 15h:07 CET | Actualisé 20/09/2019 15h:07 CET

Je suis étudiant et j’ai voté Nabil Karoui

Je suis un jeune étudiant, j’ai voté pour Nabil Karoui et je ne pensais pas que mon profil était marginal dans cet électorat.

Anadolu Agency via Getty Images

Je souhaite faire écho à la compétition politique à laquelle nous assistons.
Pour être clair dès le départ, le candidat pour lequel j’ai voté au premier tour est Nabil Karoui et je compte réitérer mon choix.

On a pu voir à de nombreuses reprises circuler sur les réseaux sociaux des sondages qui tendent à affirmer que l’électorat de Nabil Karoui au premier tour était essentiellement composé de personnes âgées et peu instruites. Je ne sais pas si ces données sont fiables mais elles m’ont interpellé: Je suis un jeune étudiant, j’ai voté pour Nabil Karoui et je ne pensais pas que mon profil était marginal dans cet électorat.

Je n’ai aucune prétention, je ne prétend pas détenir la vérité ni prétend bousculer les élections mais je souhaite exposer mon opinion et quelques faits.

Je suis fier de pouvoir le faire. Pour la première fois cet été, je ne suis pas rentré dans mon pays mais suis resté en France pour passer mes examens. La seule fenêtre sur la Tunisie que je me suis réservé était celle des élections. La première chose à souligner est ma fierté dans la tenue de ces élections qui sont
encourageantes pour l’avenir.

De telles élections étaient inimaginables il y a moins de 10 ans. Et pourtant, une révolution a chassé la classe politique pour faire émerger une nouvelle. Cette révolution n’est pas terminée et les élections ont de nouveau écarté les dirigeants au pouvoir et exprimé les mêmes revendications qu’en 2011: Khobz ou mé. (Du pain et de l’eau).

Nabil Karoui n’est pas la seule personne a avoir constaté la fracture sociale dans le pays mais était le seul à aller à la rencontre de ceux qui n’ont pas été écoutés pendant si longtemps. Ces gens là sont partie intégrante de la Tunisie et en sont même l’écrasante majorité.

Les estimations réalisés lors du premier tour et diffusées par les équipes du concurrent de Nabil Karoui qui mettent en exergue l’âge et le niveau d’instruction de ces personnes ne servent qu’à diviser. Il n’existe pas une Tunisie qui sait et une autre qui ne sait pas. Nabil Karoui souhaite d’une
part, assurer un meilleur avenir au plus démunis et d’autre part restaurer l’unité du pays: c’est dans ce dessein que la première action des équipes de campagne de Qalb Tounes a été de féliciter le candidat qu’ils devront affronter au second tour.

Je suis étudiant en France depuis 2013 et tout ceux qui, comme moi étudient à l’étranger, savent que l’allure à laquelle le dinar s’effondre ne nous permettra pas d’assurer à nos enfants des études dans les mêmes conditions.

Ceux qui comme moi rentrent en été en Tunisie ne peuvent ignorer que les plages sont de moins en moins fréquentées par les touristes étrangers.

Et ceux qui comme moi, s’interrogent sur leur retour en Tunisie à la suite de leurs études, veulent retrouver un pays à la hauteur de son héritage, un pays sûr dans lequel il faut de nouveau investir, y passer ses vacances mais surtout un pays de retour sur la scène internationale. Le rayonnement de la Tunisie est la seule préoccupation de Qalb Tounes.

Il nous faut quelqu’un qui veut et pour moi, mon retour en Tunisie suite à mes études sera certain avec Nabil Karoui à sa tête.

S’agissant de sa réputation, on lui prête souvent un pouvoir médiatique omnipotent et pourtant il est la première victime de l’opinion!

Personne n’est dans le quotidien de ce monsieur et on ne peut pas l’accuser à tort et à travers comme on peut le voir parfois en commentaire de video ou de statut sur Facebook.

Je ne comprend pas que son incarcération puisse être assimilée par l’opinion à une condamnation, ce raccourci est inacceptable. La différence est grande: Pour ne parler que des faits, I Watch, une ONG érigée en fer de lance de l’anti-corruption dans le pays a déposé une plainte contre Nabil Karoui pour corruption et fraude fiscale. Naturellement une information judiciaire est ouverte et un juge d’instruction chargé de réunir les preuves à charge et à décharge
pour ces faits. L’instruction a été ouverte en 2016 et à ce jour, le juge d’instruction n’a pu réunir les preuves justifiant le renvoi de Nabil Karoui devant le tribunal correctionnel, seul compétent pour le juger de ces faits.

Fort heureusement, notre droit nous permet de mettre derrière les barreaux de manière provisoire les criminels le temps de mettre la lumière sur l’affaire. La détention provisoire permet, en effet, d’éviter la fuite de la personne mise en cause ou encore qu’elle commette d’autres méfaits lorsque les soupçons sont sérieux, or, les faits de blanchiment, de corruption ou de fraude fiscale ...justifient difficilement la détention dont Nabil Karoui a fait l’objet à la veille du premier tour sans qu’aucun nouvel indice ne soit venu corroborer les accusation de l’ONG.

Peu importe les raisons de cette incarcération, le mal est fait, il est coupable aux yeux de tous et sa réputation est écornée. Toutefois, aux yeux de la justice, cet homme reste innocent et rien ne peut lui être reproché. Il ne revient pas au peuple de Facebook de le juger.

Contrairement à ce que l’on pouvait penser, Nabil Karoui a perdu la bataille des médias mais malgré tout, il peut encore gagner celle des idées. Espérons sa sortie de prison le plus tôt pour que celle-ci ait lieu et allons voter en masse aux prochaines échéances.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.