LES BLOGS
31/07/2018 11h:37 CET | Actualisé 31/07/2018 11h:37 CET

Je ne me tairai plus

"On mérite la corruption, on mérite le niveau d’éducation du pays, on mérite la qualité du système de santé, et tout le reste."

DR

SOCIÉTÉ - Bonjour chers lecteurs, j’espère que vous allez bien, que vous avez pris un bon café ce matin et que vous êtes d’attaque pour votre journée! 

Ce qui va suivre est un coup de gueule. Je vous en avertis d’avance. Je n’ai plus envie de me taire, de vivre ma vie en supposant que tout va comme sur des roulettes, de croire que je n’ai aucun pouvoir et que je ne peux pas changer les choses. De croire que je ne suis pas maître de mon destin et de celui de mon pays.

Aujourd’hui, cela fait un peu plus de deux mois que je vis à Prague, en République tchèque. Bien que je savoure pleinement chaque instant que je passe ici, je n’arrête pas de penser au potentiel de mon pays, le Maroc. 

L’Europe centrale n’est pas riche, bien au contraire. Je suis dans un pays où la monnaie locale vaut presque trois fois moins que le dirham, où le président est un populiste qui essaye de créer la division, et ou le “tchequexit” commence à avoir pas mal de partisans.

C’est aussi un pays où le taux de chômage est l’un des plus bas au monde, et le plus faible de la zone euro (2,4% en novembre 2017). Il est aussi classé comme étant le 9ème pays le plus sûr au monde. Sans compter la propreté des villes, le civisme et le respect dont font preuve les gens. 

Croyez moi, si j’énumérais tout ce qu’on a et ce qu’ils n’ont pas, on serait tellement loin devant. Mais ce qu’on a, c’est de la matière première, du potentiel. Et on n’arrive pas à le transformer. On reste là à se plaindre, “trop de corruption”, “trop de vol”, “impossible de faire avancer les choses” et j’en passe. 

Je me souviens d’une discussion que j’ai eue avec mon père il y a quelques années de cela, autour d’un événement qui m’avait choquée et déconcertée. Je lui avait posé la question suivante: “papa, pourquoi des choses comme ça arrivent? Pourquoi on ne pourrait pas être un peu plus intelligents? Pourquoi ne pas suivre l’exemple des autres pays?” 

Sa réponse était simple, choquante, mais tout à fait réaliste: “parce qu’on le mérite”.

“Comment ça on le mérite?” 

“C’est ça la démocratie, on ne fait rien pour changer les choses, donc on le mérite”.

Aujourd’hui, je suis tout à fait d’accord avec ces mots. On mérite la corruption, on mérite le niveau d’éducation du pays, on mérite la qualité du système de santé, et tout le reste. Tout simplement parce qu’on ne fait rien de concret pour y remédier. C’est vrai, il y a des manifestations, des sit-in...

Croyez-moi, rien n’est plus efficace que l’action. Arrêtons de nous plaindre et agissons. Ceci est NOTRE Maroc, si on n’en prend pas soin, personne ne le fera pour nous. Si vous avez un projet, ou même une idée qui pourrait soulager l’un de nos maux, allez-y, lancez-vous, faites-le pour vous, pour nous et pour les générations futures.

Rêvons ensemble d’un meilleur Maroc. Rêvons de l’éducation, rêvons du respect et de la sécurité dans les rues, rêvons des sports, rêvons des arts! Et surtout, réalisons.

Ces deux mois en République tchèque ont été de loin les plus simple et les plus calmes que j’ai connus jusqu’à aujourd’hui. Mais ça serait trop facile de rester ici. De vivre dans un pays où tout est mis en place pour une vie calme et sereine et laisser le mien. L’oublier et oublier ses souffrances. Non, je préfère garder espoir et lutter de toutes mes forces pour un avenir meilleur!