LES BLOGS
01/11/2018 16h:10 CET | Actualisé 02/11/2018 13h:21 CET

"Je démissionne", la fausse interview du chef du gouvernement Saad-Eddine El Othmani

"Je tiens à adresser mes excuses les plus sincères au peuple marocain"

ASSOCIATED PRESS

Ainsi donc, notre chef du gouvernement a décidé de parler aux Marocains, ce soir, jeudi 1er novembre 2018, sur les deux chaînes de télévision nationales Al Oula et Medi1 TV. On le sait, Monsieur Saad-Eddine El Othmani n’a pas la réputation d’être un bon communicant. En attendant ce rendez-vous, je me suis amusé à l’exercice d’une fausse interview du chef de l’exécutif.

Bonsoir Monsieur Saad-Eddine El Othmani… Merci de nous avoir reçu chez vous. Je tiens à préciser à nos téléspectateurs que vous ne connaissez pas les questions qui vont être posées dans le cadre de cette interview enregistrée au cours de la journée. Pour commencer, qui êtes-vous? Les Marocains ne vous connaissent pas assez. Les Marocains ont le droit de savoir.

Je suis un chef de gouvernement normal. Je veux juste la bénédiction de Sa Majesté le Roi.

Monsieur le Chef du gouvernement, la majorité des décisions de votre gouvernement est rejetée en bloc. De nombreux Marocains sont en colère. Ils l’expriment dans la rue, sur les réseaux sociaux… Ils ont des doutes sur vous, sur votre capacité à gérer un gouvernement et les affaires du pays, et sur la compétence de l’exécutif que vous dirigez pour améliorer leur situation et les rassurer sur leur avenir. Toutes vos tentatives de communication sont restées vaines.

(Il se lève et fait des allers et retours).

Mais qu’est-ce que vous croyez? Moi aussi, je suis en colère! Très en colère! Et oui… Les Marocains ont toutes les raisons pour être en colère. Je tiens à adresser mes excuses les plus sincères au peuple marocain. Moi et le gouvernement que je dirige ne sommes pas à la hauteur des attentes des citoyens. Aussi je tiens à profiter de cette interview pour faire une grande annonce…

Attendez! Attendez! Vous allez annuler votre décision du maintien de l’heure d’été qui fait couler beaucoup d’encre?

Hahahahahaha… vous ne manquez pas d’humour!

Dans ce cas quelle est cette grande annonce?

J’annonce ma démission de la fonction de chef de gouvernement.

Vous en êtes sûr? Vous annoncez votre démission à la télévision, en prime time, devant des millions de téléspectateurs? Une première au Maroc!

Je le fais pour le bien du Maroc et des Marocains. Il faut savoir assumer son échec et en tirer les conséquences. Je le fais pour redonner confiance dans l’exercice de la politique.

Êtes-vous conscient de l’impact de votre démission dans le contexte actuel? Votre démission sera certainement interprétée comme un manque de courage, une fuite en avant… Votre parti va certainement en payer le prix fort!

Mais je m’en fous de mon parti! Pardon, je m’emporte. Je m’en excuse. Vous savez… J’ai longuement réfléchi et j’ai pris le temps nécessaire pour en discuter avec les principales parties concernées qui ont été compréhensives. Ouf ! Enfin soulagé !

Vous pensez à un homme en particulier pour vous succéder? Monsieur Aziz Akhannouch, par exemple?

No comment. Peu importe la personne. J’espère seulement que le prochain chef de gouvernement sera à la hauteur des attentes.

Vous verriez bien une femme à la tête du gouvernement?

Pourquoi pas... Mais là, je ne vois pas de prétendante sérieuse.

Faut-il organiser de nouvelles élections législatives ou nommer une personnalité de votre parti?

Je n’en sais absolument rien! J’ai démissionné, vous comprenez? Je m’interdis de faire des commentaires et des déclarations à caractère politique.

Si c’était à refaire?

Arrêtez, vous ne comprenez toujours pas? J’accumule deux gros échecs en tant que ministre des Affaires étrangères et en tant de chef de gouvernement. Cela fait beaucoup, ne pensez-vous pas ? Il faut savoir s’arrêter.

Que comptez-vous faire après votre démission? La politique, encore et toujours?

J’ai toujours la carte de membre de mon parti. Là, je dois vous quitter. J’ai des patients à voir, demain très tôt, dans mon cabinet de psychanalyse.