MAROC
27/06/2019 11h:54 CET | Actualisé 27/06/2019 12h:03 CET

Jazzablanca 2019: Le OFF fait son grand retour

Ateliers enfants, espace créateurs, espace équestre, concerts... et c'est gratuit!

Sife El Amine

JAZZABLANCA - On ne change pas une recette gagnante. Après le succès de sa première édition en 2018, le OFF du festival, entièrement gratuit et essentiellement dédié à la musique et à la formation, fait son grand retour cette année, toujours dans le but d’éveiller le public à la musique. “Enfants, musiciens amateurs, porteurs de projets, étudiants, acteurs culturels ou mélomanes curieux sont conviés à venir investir l’Hippodrome Casa-Anfa dès le matin durant tout le Festival”, indique un communiqué de l’événement casablancais.  

Dans ce cadre, l’événement propose des master classes, des tables rondes, des rencontres avec les professionnels, des ateliers dédiés aux enfants, un espace créateurs, un espace équestre et des concerts gratuits, avec inscription préalable requise pour certaines activités. 

Des concerts, de jour comme de nuit

Le OFF proposera ainsi, pour la première fois au Village de Jazzablanca, des concerts gratuits en journée, à 12h30, les 3, 4, 5 et 7 juillet. Le rumbarock des groupes Coton d’Afrik et The Sailors viendra ainsi ouvrir le bal le 3 juillet, suivi par le jazz de Taha El Hmidi le 4 juillet. Le lendemain, le groupe Jy Blues montera à son tour sur scène, tandis que le trio jazz Isslman viendra boucler le programme des concerts gratuits du OFF le dimanche 7 juillet, ceux proposés de jour du moins. 

Les concerts gratuits seront également proposés 6 jours durant au lieu de 3, place des Nations-Unies, et accueilleront sur scène Mehdi Nassouli (2 juillet), le groupe londonien Atlantic Soul Orchestra (3 juillet), le groupe français NoJazz (4 juillet), le beatmaker et producteur de hip hop et de funk français Guts (5 juillet),  Aziz Sahmaoui et sa formation University of Gnawa (6 juillet), tandis que la formation Hypnotic Brass Ensemble, orchestre de cuivres de Chicago, clôturera le 7 juillet la programmation de cette scène. Et pour encore plus de musique, les premières parties des concerts de la scène BMCI seront chaque soir assurées par les talents locaux marocains et africains, lauréats de l’appel à candidature que lance le festival chaque année.

Rencontres professionnelles

En plus des représentations artistiques, il sera possible pour les musiciens amateurs ou confirmés de rencontrer et échanger avec des artistes du festival. Cette année, deux master classes, gratuites et accessibles sur réservation, auront lieu à l’hippodrome Casa-Anfa. La première, dédiée à la batterie, sera organisée le jeudi 4 juillet de 10h00 à 12h30 avec le batteur et musicien Karim Ziad du groupe WDR Big Band Köln. La deuxième sera quant à elle consacrée à la fanfare avec le brass band Hypnotic Brass Ensemble, le samedi 6 juillet de 10h00 à 12h30.

Même jour, même tranche horaire, une formation sera parallèlement proposée aux professionnels, en partenariat avec Heeds, une application de management qui vise à coordonner tous les métiers concernés par l’organisation d’un évènement au sein d’une même interface. Fabrice Ecoiffier, fondateur de Heeds, sera présent pour présenter en détail le concept de son application “pensée par et pour des professionnels.”

Tables rondes

En partenariat avec l’Institut Français de Casablanca, l’Hippodrome Casa-Anfa, recevra les 3 et 4 juillet, de 10h00 à 12h30, deux conférences organisées sous le thème “Culture, vecteur de développement territorial”. À l’heure de la régionalisation avancée, les politiques culturelles impactent le développement économique et social du territoire. Si cet aspect est présent dans le plan de développement de la région Casablanca-Settat, qu’en est-il concrètement?

Pour répondre à cette problématique, le 3 juillet, la première conférence se penchera sur l’état des lieux et le rôle de la culture dans le plan de développement de la région Casablanca, avec étude du cas de la Région Occitanie jumelée. Le lendemain, jeudi 4 juillet, une seconde table ronde offrira un focus sur la place des festivals dans ces processus, avec pour le Maroc les cas des festivals Gnaoua et Musiques du Monde, Tanjazz, Jazzablanca et L’Boulvard, mais aussi les expériences en France des festivals Garorock et Arabesques, et en Tunisie des Dunes Electroniques.

Pour les plus petits, les amoureux de mode et de sports équestres

Le OFF s’adresse aussi aux plus petits festivalier avec, au cœur du village du festival et encadrés par des animateurs professionnels, des ateliers pour enfants de 4 à 12 ans. Les ateliers s’articulent autour de 3 thématiques: la musique, les arts plastiques et le recyclage, dans le but d’y sensibiliser les plus jeunes. Organisés en partenariat avec la Fondation TGCC, CODA et Eco Jeunes, ces ateliers se dérouleront les mardi 2, mercredi 3, jeudi 4, samedi 6 et dimanche 7 juillet de 10h à 12h30, au Village Samsung Hippodrome Casa-Ana.

L’Hippodrome accueillera par ailleurs un espace créateurs, du 2 au 7 juillet. Tout comme l’an passé, l’espace investi proposera des boutiques de créateurs avec des “objets et produits inspirés de l’iconographie, de la culture et de l’histoire marocaine.”

Le week-end, ce sont les amoureux du cheval qui seront invités à visiter pour la seconde fois dans le cadre de Jazzablanca l’espace équestre SOREC, au niveau du rond de présentation de l’Hippodrome Casa-Anfa. Shows d’art équestre, présentation des races principales présentes au Maroc, avec les chevaux du haras national de Bouznika, initiation équestre à travers des tours à dos de poneys, de chevaux et en calèches, ateliers ludiques et créatifs pour les plus petits... plusieurs activités autour de l’univers du cheval seront destinées aux adultes et aux enfants.

L’espace associatif de la Fondation BMCI

Pour la deuxième année consécutive, la Fondation BMCI installe son espace associatif à l’Hippodrome Casa-Anfa tout au long de Jazzablanca.
 Cet espace dédié à des partenaires soutenus par la Fondation BMCI est l’occasion pour les festivaliers d’être sensibilisés sur les causes soutenues dans le domaine de la Solidarité, mais aussi d’agir en contribuant financièrement ou autre à améliorer la situation de ces populations fragilisées.

Dans ce sens, La Fondation BMCI encourage l’engagement social de ses collaborateurs à travers le programme “Coup de Pouce” devenu “Help2Help”, programme qui soutient depuis 2009 des petites associations dans lesquelles des collaborateurs BMCI sont personnellement investis.