TUNISIE
09/08/2018 13h:47 CET

Iyed Dahmani revient sur la nomination de Kamel Hadj Sassi et tacle l'UGTT

Changer un gouvernement ne fait pas partie des prérogatives de l'UGTT a expliqué Iyed Dahmani.

“Dans un régime démocratique, on ne demande des comptes à personne. Seule la justice tranche,” a martelé le porte-parole du gouvernement Iyed Dahmani en référence à Kamel Hadj Sassi, fraichement nommé au sein du conseiller à la présidence du gouvernement.

Objet de controverse, ce dernier qui a été récemment désigné au poste de conseiller à la Kasbah a été poursuivi par la justice pour l’Affaire du concert de Mariah Carey en Tunisie. Il avait écopé d’une peine de 6 ans de prison avant de se voir amnistier par la loi sur la réconciliation nationale.

“On s’est assuré qu’il n’existe actuellement aucune poursuite judiciaire contre Kamel Hadj Sassi” a souligné Dahmani dans une interview accordée à Shems Fm, jeudi

Blanchi par la justice, rien n’empêche une telle compétence de servir le pays, explique le porte-parole du gouvernement: “Il a été innocenté, alors pourquoi priver l’État d’une compétence (...) sur le simple fait d’avoir servi le pays à l’époque de Ben Ali.”

“Ce n’est pas une excuse”, a-t-il soutenu en évoquant le fait que les personnes ne peuvent être jugées que selon leur compétence, leur engagement en faveur du pays et de la Constitution.   

S’agissant du débat houleux autour d’un remaniement ministériel imminent et l’éviction du Chef du gouvernement Youssef Chahed, Iyed Dahmani a fait savoir que “le changement des gouvernements s’effectue au sein des institutions compétentes”. Il a précisé qu’un gouvernement ne doit être jugé que sur ses actions pour évaluer la situation. Pour lui, le seul indice qui mesure la compétence d’un gouvernement est de comparer la situation d’avant à celle d’aujourd’hui. 

Interrogé sur les appels récurrents de l’UGTT pour changer Chahed, Iyed Dahmani a estimé que la centrale syndicale a tout le droit d’exposer son opinion mais “changer un gouvernement n’est pas parmi ses principales prérogatives”. Et d’ajouter que “son rôle primordial est plutôt de négocier autour de la situation sociale”. 

Le secrétaire général de l’UGTT, Noureddine Taboubi a appelé plusieurs fois à un remaniement ministériel complet incluant le chef du gouvernement Youssef Chahed afin de “sauver le pays de la crise économique, politique et sociale”.

Depuis plusieurs mois, la situation politique du pays est tendue. Malgré plusieurs réunions des signataires de l’Accord de Carthage 2, les protagonistes ont pu se mettre d’accord sur 63 points comme feuille de route gouvernementale. Reste la question de l’avenir de Youssef Chahed à la tête de ce gouvernement. Plusieurs partis et organisations politiques ont appelé à son départ, alors qu’Ennahdha a appelé à son maintien avec un possible remaniement partiel. 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.