TUNISIE
27/03/2018 10h:50 CET | Actualisé 27/03/2018 10h:52 CET

IVD - Nidaa Tounes, satisfait du résultat du vote, promet une nouvelle loi pour régir le processus de Justice transitionnelle

Lundi, la majorité des députés ont voté contre la prolongation du mandat l'IVD, et ce après deux plénières tendues.

AFP Contributor via Getty Images

Après le vote contre la prolongation du mandat de l’Instance Vérité et Dignité, le parti Nidaa Tounes a affirmé dans un communiqué publié après le vote “respecter le processus de justice transitionnelle”.

Selon le parti, ce processus ne doit pas être de l’apanage seul de l’Instance Vérité et Dignité et de sa “clivante” présidente qui doit “porter la responsabilité de l’échec de son Instance”.

 

Nidaa Tounes a par ailleurs réaffirmé dans ce communiqué “son poids politique” face aux “déviations sans précédents” de la présidente de l’Instance pour “transformer le processus de justice transitionnelle en source de division entre les Tunisiens” allant même jusqu’à “faire douter de l’indépendance de la Tunisie et de ses pères fondateurs avec à leur tête le leader Bourguiba” ajoute le communiqué.

Par ailleurs, le parti a également annoncé la présentation d’un nouveau projet de loi pour organiser le processus de justice transitionnelle dans les plus brefs délais. Celui-ci sera “conforme aux principes de la Constitution, de la justice et des droits de l’homme afin d’arriver à une réconciliation globale” conclut Nidaa Tounes.

Lundi, avec 00 voix pour, 02 abstentions, et 68 contre, la majorité des députés ont voté contre la prolongation du mandat de l’Instance Vérité et Dignité (IVD), et ce après deux plénières tendues.

À l’approche du vote, l’ambiance houleuse à l’Assemblée a laissé place aux chaises vides d’Ennahdha, du Courant démocratique et du Front Populaire au moment du vote. En effet, les députés des trois partis, ont rejeté le principe du vote et ont décider de quitter l’hémicycle estimant de ce fait bloquer le quorum nécessaire de 109 voix. 

 

Cependant, comme remarqué par certains observateurs, seuls 70 députés ont pris part au vote, soit moins du 1/3 des députés (donc 73 députés) nécessaires selon le règlement intérieur.

 

La situation est actuellement floue, les députés de différents partis ayant des lectures différentes du résultat du vote. 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.