MAROC
23/04/2019 17h:22 CET

Italie: Un Marocain agresse un homme portant un crucifix autour du cou (et Salvini s'emballe)

La droite italienne n'a pas perdu un instant pour surfer sur ce fait divers.

ClaraNila via Getty Images
Les faits se sont déroulés à proximité de la gare Termini, à Rome.

ITALIE - L’histoire est vite devenue une affaire d’État. Samedi dernier, deux sans abris, un Marocain de 37 ans et un Géorgien de 44 ans, se sont disputés dans un bus de Rome “pour des raison religieuses” selon Il Giornale.

Arrivés à la station Termini, à proximité de la gare du même nom, les deux hommes descendent du bus et en viennent aux mains. Selon la presse italienne, le Marocain se serait alors jeté sur le second homme après avoir remarqué un crucifix autour de son cou. Il a ensuite poignardé le Géorgien et tenté de lui trancher la gorge, rapporte la même source. Des témoins affirment avoir entendu le Marocain crier “Italien catholique de merde”, pendant l’agression.

Après avoir tenté de fuir, l’agresseur a finalement été rattrapé au bout de quelques mètres par la police italienne. Si les médecins de la victime, qui a survécu à l’agression, affirment que le ressortissant marocain voulait lui voler le crucifix, des témoins ont eux fais part de “référence à la religion catholique”, rapporte Il Tempo. Une version retenue par le procureur de Rome, qui a accusé l’homme de “tentative de meurtre avec pour circonstances aggravantes haine religieuse”, explique la même source.

Récupération politique

Un fait divers sur lequel la droite et l’extrême droite italienne n’ont pas tardé à se jeter. Le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini, connu pour ses positions anti-immigration, a déclaré sur Twitter avoir convoqué “une réunion au ministère de l’Intérieur sur l’immigration, le terrorisme et l’extrémisme islamiste, les débarquements et les expulsions, pour travailler sur de nouveaux décrets, accords et directives pour protéger la sécurité, les frontières et les droits des Italiens”.

Selon Il Tempo, ce dernier aurait également affirmé, lors d’une conférence de presse, avoir écrit ”à tous les préfets et magistrats pour accroître le contrôle et l’attention dans les lieux de rassemblement de citoyens musulmans, pour prévenir toute forme de violence à l’encontre de citoyens innocents”.

La députée de droite, Giorgia Meloni, a également réagi sur les réseaux sociaux, comme le rapporte Il Giornale. Cette dernière a accusé les musulmans “d’introduire la guerre sainte” en Italie et appelé à “bloquer toutes les formes d’immigration islamique jusqu’à ce que les faits soient plus clairs”. “Nous avons l’intention de défendre nos racines classiques et chrétiennes du processus d’islamisation de l’Europe”, dit-elle.