ALGÉRIE
06/01/2019 15h:16 CET

Israël s’apprêterait à exiger 250 milliards de dollars d’indemnisations à 7 pays arabes et à l’Iran

Ce montant, pour les autorités israéliennes, représente la valeur des biens que des juifs de ces 8 pays ont abandonnés après la proclamation de l’Etat hébreu, en 1948

HAZEM BADER via Getty Images

Les autorités israéliennes, rapportent des médias pro-israéliens, s’apprêtent à exiger de fortes indemnisations d’un montant global de 250 milliards de dollars représentant, selon elles, la valeur des biens des juifs ayant quitté sept pays arabes ainsi que l’Iran après la proclamation de l’Etat hébreu, en 1948.

Ces huit pays sont : la Tunisie, le Maroc, l’Irak, la Syrie, l’Egypte, le Yémen, la Libye et l’Iran.

Hier samedi, la ministre israélienne de l’Egalité sociale, Gila Gamliel a justifié la demande d’indemnisation que Tel Aviv s’apprêterait à formuler en affirmant que le temps était “venu de corriger l’injustice historique des pogroms [contre les Juifs, NDLR] dans sept pays arabes et en Iran, et de restaurer, pour des centaines de milliers de juifs qui ont perdu leurs biens, ce qui leur revient légitimement”.

Selon le site web JForum.Fr, qui se définit comme “le portail juif francophone”, les indemnisations qui seraient exigées à la seule Tunisie s’élèveraient à 35 milliards de dollars. Quant à celles qui seraient réclamées à la Libye, elles atteignent la somme, non moins faramineuse, de 15 milliards de dollars.

Enquête secrète

Le montant de 250 milliards de dollars, précise un autre site web pro-israélien, Infos-Israël News, a été obtenu suite à une investigation secrète sur la valeur des biens abandonnés par les membres des communautés juives dans ces huit pays.

L’estimation de ce montant a été élaborée en prévision de la préparation d’un nouveau plan de paix israélo-arabe par l’administration de Donald Trump. Elle se veut une concrétisation d’une loi adoptée le 22 février 2010 par le Parlement israélien, la Knesset et suspendant tout accord de paix avec les pays arabes à l’indemnisation des juifs les ayant quittés après la proclamation de l’Etat hébreu.

En 2012, un rapport du ministère israélien des Affaires étrangères a souligné la nécessité de soulever la question de ces indemnisations dans toutes discussions avec les Etats membres de la Ligue arabe ou les Palestiniens en vue de parvenir à un accord de paix.

Un moyen de pression lors des pourparlers de paix

Le but d’une telle démarche offensive semble être principalement d’élever la barre des exigences israéliennes afin que soit définitivement abandonnée la revendication du “droit au retour” réclamé par le mouvement national palestinien pour les Palestiniens ayant quitté leur pays pour fuir les massacres ayant accompagné la création d’Israël ou ayant été expulsés par les forces armées sionistes.

Pour rappel, en Israël une loi sur les “biens des absents” permet depuis 1950 de saisir les biens des Palestiniens ayant dû fuir leur pays natal à partir de 1948.