MAROC
10/05/2018 10h:32 CET | Actualisé 10/05/2018 10h:51 CET

Israël réplique aux tirs de l'Iran en frappant des infrastructures iraniennes en Syrie

Escalade des tensions entre Israël et l'Iran.

Alaa Faqir / Reuters

INTERNATIONAL - Certains missiles israéliens lancés contre le territoire syrien ont touché des bases militaires ainsi qu’un dépôt d’armes et un radar militaire, a indiqué tôt ce jeudi 10 mai, l’agence de presse officielle syrienne Sana, sans préciser les emplacements des cibles.

“Plusieurs dizaines de missiles ont été abattus dans le ciel syrien par les systèmes de défense anti-aériens”, a ajouté l’agence, précisant qu’une poignée de missiles ont toutefois atteint leurs objectifs.

“Les défenses aériennes syriennes auraient abattu plusieurs missiles de croisière israéliens à Damas et dans ses environs, mais sont submergées par le volume de l’attaque. La base aérienne de Mezzeh et la base de la 4e division blindée ont été frappées. Le centre de recherche militaire de Jomrayah a également été touché.”

Selon le ministre de la Défense israélienne, “presque toutes les infrastructures iraniennes en Syrie” ont été frappées, rapporte l’AFP. “Nous avons frappé presque toutes les infrastructures iraniennes en Syrie, ils ne doivent pas oublier l’adage selon lequel, si la pluie nous tombe dessus, la tempête s’abattra sur eux”, a-t-il déclaré jeudi matin. “J’espère que cet épisode est clos et qu’ils ont compris”.

Le nombre de missiles tirés par Tsahal, l’armée israélienne, apparaît d’une ampleur sans précédent, dans un climat de tension accru entre Israël et la Syrie au lendemain de l’attaque par Israël d’une base militaire iranienne au sud de Damas qui a fait 15 morts, dont huit Iraniens, selon l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH).

Les forces iraniennes ont tiré, dans la nuit de mercredi à jeudi depuis la Syrie, des roquettes contre des positions de l’armée israélienne situées sur les hauteurs du Golan. Tsahal a alors mené une contre-offensive après ces tirs iraniens, selon le porte-parole de l’armée israélienne, Jonathan Conricus.

Des images diffusées par la télévision publique syrienne ont montré les forces de défense aérienne syriennes procéder à des tirs en direction de missiles à l’approche. 

Mardi soir, l’Observatoire syrien des droits de l’homme (OSDH) avait rapporté que des “activités irrégulières” émanaient des forces iraniennes présentes en Syrie, qui s’était donc placée en état d’alerte élevée, mobilisant des réservistes et donnant pour instruction aux autorités locales sur le plateau du Golan de préparer les abris anti-aériens.

Amir Cohen / Reuters
Un tank israélien à la frontière syrienne sur les hauteurs du Golan, le 9 mai 2018.

Pour sa part, la presse syrienne avait fait état mardi de tirs de missiles israéliens dans la région de Kissoueh peu après le discours du président américain Donald Trump, dans lequel il a dénoncé l’accord sur le programme nucléaire de l’Iran.

Début avril, le pouvoir de Damas et son allié iranien avaient accusé Israël d’avoir mené un raid meurtrier contre une base militaire dans la province de Homs (centre).