MAROC
24/03/2016 07h:02 CET | Actualisé 24/03/2016 08h:27 CET

La police espagnole recherche activement les auteurs d'une attaque contre une mosquée à Madrid

ISLAMOPHOBIE - Comme à chaque lendemain d'attentats perpétrés par des terroristes affiliés à l'islam radical, les dérives islamophobes se multiplient. La police espagnole enquête sur un groupe d'extrême-droite ayant mis le feu à une mosquée à Madrid, mercredi 23 mars dans la soirée. Des fusées éclairantes et des bombes fumigènes ont également été lancées près du lieu de culte en signe de protestation contre les attaques à Bruxelles, qui ont fait au moins 31 morts et plus de 200 blessés. Les agents examinent actuellement les caméras de surveillance afin d'identifier les auteurs.

"Aujourd'hui Bruxelles. Demain Madrid?"

L'attaque a eu lieu à 19 heures 30, heure de Madrid, lorsqu'une trentaine de personnes qui se font appeler le Hogar Social Madrid Ramiro Ledesma ont approché le voisinage de la mosquée pour protester contre les attaques de Bruxelles, dans le cadre d'une action contre "l'islam radical".

Sur Twitter, le groupe a lancé un hashtag #TerroristasWelcome, qui détourne #RefugeesWelcome, un mot-clé utilisé récemment par les internautes espagnols afin d'exprimer la bienvenue aux réfugiés déplacés vers l'Europe en provenance de Syrie.

Le groupe de manifestants a également placé une banderole légendée "Aujourd'hui Bruxelles. Demain Madrid?". Suite à cela, des fusées éclairantes et bombes fumigènes ont été lancées par les manifestants, qui ont quitté les lieux après avoir été réprimandés par des personnes qui se trouvaient à l'intérieur de la mosquée en ce moment.

Des affinités avec l'extrême-droite

Le Hogar Social Madrid est le groupe qui a occupé en 2014 une maison dans le quartier de Tetuán à Madrid pour offrir des repas, principalement à des Espagnols. Après avoir été expulsés, ils ont occupé un autre bâtiment dans la zone de Chamberí, dont ils ont également été évacués.

Certains membres du Hogar Social Madrid Ramiro Ledesma ont par le passé été reconnus comme liés à la révolution sociale du mouvement d'extrême droite espagnol (MSR), bien que les porte-parole du groupe n'ont jamais voulu étiqueter le mouvement en tant que proche de l'extrême-droite ou encore de néo-nazi.

islamophobie

Au lendemain des attentats du 13 novembre, qui ont frappé la capitale française, plusieurs actes islamophobes ont été signalés. Des mosquées ont été vandalisées et des personnes attaquées à cause de leur origine. L'Observatoire contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) avait même affirmé qu'un homme d'origine maghrébine a été passé à tabac lors d'une manifestation contre les migrants en novembre 2015. Idem après les attentats de Charlie Hebdo où une montée d'actes haineux contre la communauté musulmane en France a été constatée, même si l'ensemble des fédérations musulmanes ont condamné les attentats.

Cet article a été initialement publié sur El Huffington Post Espagne et a été traduit et édité par le HuffPost Maroc

Galerie photo la une des journaux Voyez les images