ALGÉRIE
15/08/2019 15h:33 CET

Iran : les réserves d’uranium enrichi augmentent, le soutien aux haouthis s’affirme

Ces réserves ont augmenté de 60 à 70 kg depuis la reprise des opérations d’enrichissement de l’uranium par Téhéran suite à la dénonciation de l’accord sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis. Elles atteignent actuellement près de 370 kg.

euronews Videos

La tension politique dans le Golfe Persique est montée d’un cran après l’annonce par l’Iran de l’augmentation de ses réserves d’uranium faiblement enrichi et l’audience accordée par le Guide de la révolution iranienne, Ali Khamenei, au porte-parole de la rébellion haouthie au Yémen, à l’éradication de laquelle œuvrent l’Arabie saoudite et ses alliés arabes depuis 2015.

Hier mardi, rapporte l’agence de presse iranienne Tasnim, l’Organisation iranienne de l’énergie atomique a affirmé que son stock d’uranium faiblement enrichi se situait entre 360 et 370 kg, soit 60 à 70 kg au-dessus du seuil 300 kg, fixé à l’Iran par l’accord sur le nucléaire iranien de 2015, dénoncé en mai 2018 par l’administration de Donald Trump.

Cette annonce intervient en pleine tension dans le détroit d’Ormuz entre l’Iran d’un côté, la coalition formée par Etats-Unis et la Grande-Bretagne, de l’autre, suite à des attaques de navires dont les deux camps se rejettent la responsabilité.

Pour rappel, en mai 2019, soit un an après la dénonciation de l’accord sur le nucléaire iranien par les Etats-Unis, l’Iran a affirmé qu’il n’était plus tenu par les obligations que lui dictait celui-ci et qu’il reprendrait, par conséquent, l’enrichissement de l’uranium à un niveau supérieur aux 3,67% jusque-là autorisés.

Une allégeance spirituelle haouthie au Guide iranien ?

Le jour même de l’annonce de l’augmentation du stock iranien d’uranium faiblement enrichi, le Guide iranien recevait le chef haouthi Mohammed Abdul Salam.

A l’issue de cette audience, et non sans appeler au dialogue entre les belligérants yéménites, Ali Khamenei a renouvelé son soutien aux insurgés et accusé la coalition conduite par Riad d’œuvrer à la partition du pays, en allusion au soutien émirati à la prise de la ville d’Aden par les séparatistes sud-yéménites.

Pendant cette audience, le porte-parole des haouthis a comparé le magistère spirituel du guide religieux iranien à celui du Prophète de l’islam.

Tout en étant chiites, les zaydites - communauté religieuse yéménite dont l’essentiel des troupes haouthies sont issues - ne se reconnaissent pas, pour autant, dans le chiisme iranien, et ce, contrairement aux chiites libanais, par exemple. De ce point de vue la déclaration de Mohammed Abdul Salam à Téhéran sonne non seulement à une allégeance politique mais aussi comme une allégeance religieuse à Ali Khamenei.

Les médias proches de l’Arabie Saoudite et des Emirats arabes unis n’ont pas manqué de se saisir de l’audience accordé par le Guide de la révolution iranienne à Mohammed Abdul Salam pour renouveler leurs accusations à l’encontre de Téhéran de fournir aux haouthis armements et aide financière.