TUNISIE
29/03/2019 11h:49 CET | Actualisé 29/03/2019 11h:56 CET

Interview de la Directrice du Goethe-Institut Tunis : Une programmation riche, à découvrir

Une scène culturelle dynamique

Goethe Institut

Les projets “Houmtek”, “Khatawat Ciné Par’Court”, “Filmklub” ou encore “Saha chribtek”, et d’autres encore, sont les initiatives du Goethe-Institut de Tunis, qui viennent et reviennent tous les ans, ou tous les mois.

Dans une démarche de promotion de la langue allemande en Tunisie, d’encourager les jeunes tunisiens à la possibilité de poursuivre des études en Allemagne et de renforcer la coopération entre les deux pays sur le plan culturel, le Goethe Institut s’est installé en Tunisie, et s’inscrit aujourd’hui fortement dans la programmation culturelle, accessible à un public passionné.

Entre cinéma, musique et même mode, l’institution culturelle multiplie les événements et les partenariats.

Depuis le 1er Mars 2019, Andrea Jacob a été nommée Directrice du Goethe-Tunis. Dans cette interview, elle revient sur les points essentiels de cette coopération culturelle entre les deux pays.

HuffPost Tunisie : Votre parcours, en quelques mots ?

Andrea Jacob :  J’ai fait des études de lettres en France et en Allemagne, puis, j’ai vite atterri au Goethe-Institut, pour d’abord enseigner la langue allemande au Goethe-Institut de Berlin.

Dans les années 90, j’ai eu ma première affectation à l’étranger, au Brésil, où j’ai été nommée pour la première fois directrice du centre culturel allemand, en 1999.

Par la suite, il y a eu des affectations en Afrique centrale, au Cameroun, comme directrice du Goethe-Institut de Yaoundé, de 1999 à 2004, puis directrice du Goethe-Institut de Dakar, au Sénégal, de 2004 à 2007. Je gère aussi des projets culturels et collabore avec la Biennale de Dakar.

En 2007, j’ai été nommée directrice du Goethe-Institut de Hambourg en Allemagne puis, directrice du département linguistique du Goethe-Institut de Buenos Aires.

De 2014 à 2019, j’ai été directrice du Goethe-Institut en Allemagne et enfin, je viens de prendre officiellement mes fonctions en tant que directrice du Goethe-Institut de Tunis, le 1er mars 2019.

Quelles sont vos impressions sur l’écosystème culturel en Tunisie?

Je viens de m’installer à Tunis, je suis encore en phase d’observation, de découverte. Ce que je pourrais dire, c’est que la scène culturelle du moins à Tunis, est vraiment dynamique. Je vois pas mal d’événements auxquels j’ai déjà eu le plaisir d’être invitée, comme pour l’inauguration du “B7L9”, la nouvelle station d’art de la fondation Kamel Lazaar à Bhar Lazreg.

Il y a aussi des festivals de musique qui m’interpellent, tels que “Jazz à Carthage” mais aussi dans les régions, avec le festival Siccajazz, au Kef.

Bien sûr, il est encore tôt pour moi de tout connaitre ici, mais je suis vraiment très curieuse de prendre connaissance avec la scène culturelle tunisienne qui, je vois, bouillonne depuis la révolution.Andrea Jacob
 
 

Quel plan stratégique adoptez-vous au sein du Goethe-Institut?

Je voudrais encourager les jeunes à apprendre la langue allemande, sachant que les frais d’inscription demandent à beaucoup un grand sacrifice.

Je voudrais aussi donner à toutes et à tous les informations sur les possibilités de faire leurs études en Allemagne et plus généralement, de les informer sur l’Allemagne moderne.  

Je souhaite aussi soutenir notre collaboration avec les écoles qui proposent des cours d’allemand, notamment avec nos écoles partenaires (“PASCH” abréviation pour Partnerschulen, en allemand) qui sont au nombre de cinq, se situant dans les villes tunisiennes suivantes : Kef, Kasserine, Douz, Tunis et Kairouan. Dans le cadre de ce partenariat, le Goethe-Institut et le Ministère de l’Éducation fêteront cette année 10 ans de coopération.

 

En quoi consiste votre programme pour les mois à venir? Quelles initiatives avez-vous prévu?

Houmtek

Nous organisons plusieurs workshops depuis le début de cette année, notamment pour le projet “Houmtek” dont l’objectif est de revitaliser des quartiers défavorisés à Tunis, via l’art ou encore par des aires de jeu pour enfants, des jardins urbains etc…  

 

Khatawat Ciné Par’Court

Nous organisons également des workshops dans le domaine cinématographique avec le projet “Khatawat Ciné Par’Court”, en collaboration avec le CNCI. C’est un concours de courts-métrages qui cette année a lieu pour la 7ème édition. Nous offrons au groupe gagnant un voyage pour participer au festival Interfilm à Berlin.

 

Le Festival de la Jeunesse de Kasserine

D’autre part, nous venons de contribuer pour le Festival de la Jeunesse de Kasserine, avec un atelier de rap pour les jeunes à Jbel Semmema. Car le Goethe-Institut aimerait élargir son champ d’action en proposant des activités artistiques et culturelles à Tunis mais aussi dans les régions.

 

Filmklub, Tunis et Djerba

Nous avons également un programme régulier de projections de films à Djerba avec notre projet “Filmklub” cette année, les films rendent hommage aux 30 ans de la chute du mur de Berlin à travers une série de projections à la Maison de l’image à Mutuelleville, mais aussi au ciné-club Lotos à Djerba.

 

Saha Chribtek - Programmation Ramadan

Nous sommes par ailleurs, en train de planifier le programme de la 3ème édition de “Saha Chribtek” pour une série de concerts durant le mois de Ramadan, dans le jardin du Goethe-Institut.

 

Fashion-Week Tunis, “Village des Créateurs”

Par ailleurs, nous avons renouvelé notre partenariat avec la Fashion-Week Tunis. À cette occasion, le Goethe-Institut a invité la fondation FREIZEIT pour lancer, en coopération avec les étudiants de l’ENAU (École nationale d’architecture et d’urbanisme) et de l’ESSTED (École supérieure des sciences et technologies du design), le projet “Village des Créateurs”.

Le projet consiste à animer de manière architecturale un terrain de 5,000 m2 à Gammarth dans le cadre de la Fashion Week.

Le “Village des Créateurs” se voit comme un espace évènementiel alternatif et un espace d’exposition pour les artistes, designers et créateurs tunisiens et internationaux, ouvert au grand public pendant la durée du Fashion Week. La construction devrait être imprégnée par une réflexion approfondie sur le développement durable, le design participatif et le upcycling.

 

EUNIC

Pour conclure, je voudrais intensifier la coopération des centres culturels européens, basés à Tunis, qui se sont rassemblés sous le label de “EUNIC”.

 

 

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.