TUNISIE
18/07/2018 16h:50 CET

Interview de Doob & Janoma: Le duo berlinois qui a ouvert le Fairground Festival

Les deux amis ont donc partagé la scène en ouvrant la première journée du festival. Leur musique mélodique, trippy et réconfortante en même temps, a fait un public heureux.

Rami Ouanes

C’est leur première fois en Tunisie, c’est même leur première fois en Afrique. Doob & Janoma ont pris l’avion de Berlin pour partager leur musique en Tunisie. Ils sont parmi les Djs étrangers qui ont mixé lors de la première journée du festival Fairground, le 13 juillet, à l’Ecovillage de Sousse.

À la fin du show, le HuffPost Tunisie est allé à leur rencontre, pour en savoir plus sur leur passage en Tunisie. Ce ne sera pas le dernier, espèrent-ils. “La scène tunisienne est fraîche et très intéressante. Quelque chose de nouveau est en train d’arriver”.

Doob et Janoma se réjouissent d’introduire leur musique en Tunisie: “Nous n’avions pas eu l’opportunité de venir ici avant, de visiter le continent africain. C’est une première et c’est super de pouvoir essayer de nouvelles choses”.

“C’est une belle expérience!”, continue Janoma, “Nous sommes chanceux de faire ce métier qui nous permet de voyager et de jouer notre musique dans tous les coins du monde, de découvrir de nouveaux endroits et de rencontrer de nouvelles personnes”.

Après avoir regardé des vidéos de l’édition précédente, Doob et Janoma ne réfléchissent pas une seconde avant de s’envoler vers l’Ecovillage. “C’est un très bel endroit, avec la piscine et surtout une très bonne sono”, raconte Janoma, ”Ça avait l’air d’être vraiment bien”.

Rami Ouanes

 

Et il n’y a pas plus fort que la musique pour contrer la violence. Malgré ce que les médias peuvent propager, le duo berlinois n’a pas hésité à venir en Tunisie, “Nous nous sommes sentis en sécurité tout au long. Tout peut arriver n’importe où”.

Arrivés à l’Ecovillage de Sousse, ils ne sont pas déçus. “C’est une très grande scène. L’organisation a bien fait son boulot” affirme le duo.

“Je crois que c’est la plus grande scène pour nous jusque là” , se félicite Doob.

Les deux amis ont donc partagé la scène en ouvrant la première journée du festival. Leur musique mélodique, trippy et réconfortante en même temps, a fait un public heureux.

“Nous jouons différents tempos, tout dépend de l’heure et de l’endroit. Parfois c’est plus clubby, parfois c’est un peu plus calme, mais c’est toujours intense et profond”, décrit Janoma.

Janoma commence le djing à l’âge de 15 ans, “depuis 20 ans maintenant”, précise-t-il. Il y a cinq ans, il rencontre Doob, quand les deux partent à Berlin pour continuer leurs études. ”À un moment, quand tu vas à Berlin, tu fais la rencontre de la techno et de l’électro, certains en tombent amoureux”.

C’est ainsi que le duo, après s’être essayé à plusieurs genres de musique, choisissent la musique électronique. “Nous jouons parfois en solo, parfois ensemble, parfois en down tempo, parfois en fast, ce n’est jamais statique”, racontent-ils.

Après cette virée en Afrique, en Tunisie, le duo se dirige en Pologne pour leur prochain gig, mais promettent de revenir à la rencontre du public tunisien quand l’occasion se présentera encore.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.

Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Twitter.

Retrouvez le HuffPost Tunisie sur notre page Instagram.