LES BLOGS
09/02/2016 08h:13 CET | Actualisé 09/02/2017 06h:12 CET

Intervention étrangère en Libye: Que peut faire la Tunisie?

Dans tout ce brouhaha, et je n'ai décrit qu'une infime partie de la nauséabonde odeur qui parcourt l'atmosphère libyenne, que peut faire l'État tunisien?

ASSOCIATED PRESS

Il est facile d'accuser l'État tunisien de ne pas avoir de politique envers la Libye.

Depuis la chute du régime de Kadhafi, ce pays a été soumis à la loi du chaos. Bourguiba disait qu'en Libye, celui qui se levait le plus tôt gouvernait, après la chute de Kadhafi c'est à celui qui était capable de tuer le plus que le pouvoir revenait.

Tripoli a été dirigée tantôt par les Zentan, tantôt par Misrata et une infinité de milices portant allégeance à l'une ou l'autre partie.

La Libye a eu un gouvernement à Tobrouk, sans ressources aucunes, mais soutenu par la communauté internationale et l'Égypte, et un autre à Tripoli qui disposait des moyens financiers et proche de nous géographiquement.

Daech s'installe ici et là avec une complicité certaine de la part de puissantes milices et certainement le soutien de puissances extérieures qui lui apportent les ressources nécessaires en armements et autres moyens.

Un pays qui se dirige vers l'inconnu de jour en jour et qui tarde à former un gouvernement que veut imposer la communauté internationale sous la direction de Sarraj qui en est à sa 3eme tentative malheureuse pour constituer une équipe qui soit bénie par le parlement de Tobrouk, mais aussi par l'Égypte.

Même la présence physique de ce gouvernement, Tripoli ou Al Bayda, est sujet à polémique.

Un pays qui a perdu son indépendance et qui devient le repaire de tous les voyous, bandits, hors la loi et autres criminels.

Dans tout ce brouhaha, et je n'ai décrit qu'une infime partie de la nauséabonde odeur qui parcourt l'atmosphère libyenne, que peut faire l'État tunisien?

Aider le pays à trouver une solution politique. Arrondir les angles pour que le consensus l'emporte, protéger ses frontières et s'informer sur la situation du pays en tentant de comprendre les changements qui s'y opèrent chaque jour.

Et cela, notre pays le fait.

Aujourd'hui, il y a danger réel, imminent, et nous devons nous unir et être vigilants.

La guerre en Libye est aussi notre guerre car elle fragilisera davantage une situation déjà assez difficile chez nous.

Nous devons être solidaires autour de nos institutions, en leur faisant confiance.

On a parle de la guerre contre le terrorisme, aujourd'hui nous sommes en guerre pour la préservation de notre pays et la guerre ne se fait pas en rangs dispersés mais en front commun.

La Libye va rentrer dans un grand tourbillon, on sait à peu près quand il va commencer, on ne sait quand il va se terminer et surtout comment il va se terminer et combien cela nous coutera-t-il.

La situation est grave et chacun doit y être sensible.

"Ta7ya Tounes w rabbi ya7fedh ahl Libya" ! ("Vive la Tunisie et que Dieu protège les habitants de la Libye")

Galerie photo Chute de Mouammar Kadhafi Voyez les images
Retrouvez les articles du HuffPost Tunisie sur notre page Facebook.